AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Two Criminals Walk In A Bar | Ft. Arthur M. Jameson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 147
En service depuis le : 09/03/2014
Localisation : Londres
Métier : Consultante Criminelle Feelance
Age du perso : 36 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Two Criminals Walk In A Bar | Ft. Arthur M. Jameson   Mer 12 Mar - 20:01


Two criminals walk in a bar

Ft. Arthur M. Jameson & Aleera D. McPherson



« You can fool some of the people all of the time, and all of the people some of the time, but you can not fool all of the people all of the time.»


Aleera a toujours été fasciné par les self-made-men. Ces hommes (et femmes) partis de rien mais qui, seuls, ont réussi à se hisser au sommet et accomplir leur rêve. Ou du moins accomplir les objectifs qu’ils se sont fixés, et de repousser par la suite leurs limites. Cependant il fallait se rendre à l’évidence, personne n’a jamais réussi vraiment tout seul. Il y a des visionnaires, des personnes tenaces, douées et intelligentes. Mais pour réussir ils ont pu s’appuyer sur d’autres personnes compétentes. Et c’est là leur grand mérite : savoir bien s’entourer. Et il n’y a pas de meilleure manière de s’assurer le concours d’autrui que de faire en sorte qu’il ait à cœur de vous aider.

C’est là qu’on devrait parlé de la notion d’ami.
Être sociale était donc de mise.

Savoir attirer l’attention sur elle, était une chose aisée en soit grâce à son physique avantageux, mais être prise au sérieux était toujours la partie la plus difficile de sa phase d’approche. Du moins au début. Un jolie minois était souvent un signe de stupidité, il semblait impossible pour certains hommes qu’une femme puisse réunir à la fois un beau physique mais une certaine intelligence. Son passé militaire tumultueux lui avait appris à cerner rapidement ce genre de personne, et si à l’époque elle avait passé sous silence les regards moqueurs et les réflexions démontrant leur manque de confiance en ses compétences, aujourd’hui la jeune femme avait réussi à ce faire un petit nom. Ça n’avait pas été facile, car si au départ elle avait commencé à vendre des informations classées secret défense bien à l’abri dernier un écran d’ordinateur, la rousse s’était finalement décidé à se montrer au grand jour, en voulant encore plus. Aleera commença donc à chercher elle-même les informations dont ses premiers clients avaient eu besoin, crapahutant dans des endroits désertiques, dormant dans des caves à même le sol, réussissant à acheter les bonnes personnes, en venant parfois au mains - remercions au passage l’armée qui devait maintenant regretter de l’avoir jeter comme une malpropre - pour recevoir ce qu’elle désirait. Le fait qu’elle n’ai pas essayé de doubler ses commanditaires lui avait donné de bonnes références. D’autres demandes étaient donc arrivées, de natures différentes, et elle était repartis à l’aventure. Après plusieurs années, ‘The Concierge of Crime’ comme se plaisait à l’appeler ses clients avait maintenant une excellente liste de contacts en tout genre, pouvant répondre à n’importe quelle demande si l’envie ne lui manquait pas.

Aujourd’hui, elle s’était réinstallée à Londres, pour quelques vacances bien méritée. Aleera n’avait pas vraiment peur de se faire rattraper par son passé, ayant maintenant en poche d’immenses atouts dont personne ne pouvait se douter. Le sourire aux lèvres presque toute la journée, elle passait son temps à dépenser sous le nez des milliers de caméras de la capitale britannique, l’argent de ses crimes. Après tant d’années à vivre entre avions, voiture et taudis, un peu de confort était le bienvenue. Et elle ne se refusait rien. Cependant ses jours de farniente semblaient goûter à leurs fins quand elle reçut un message pour un contrat, ici-même à Londres. Et pas de n’importe qui, un contrat venant de l’un de ses tout premiers clients. La loyauté dans ce milieu était rare, alors quand on pouvait se rendre service entre criminels ayant un minimum de respect entre eux, elle n’allait pas cracher dessus.

Une robe légèrement habillée, des chaussures à talons, ses cheveux roux détachés cascadant en vague sur son épaule, la jeune femme était prête à reprendre contact avec cette ancienne connaissance. Aleera rentra donc d’une démarche conquérante dans ce bar de la City, dont de nombreux hommes d’affaires avaient fait leurs quartier général pour décompresser après une longue journée passé dans leur bureau. Elle se dirigea d’un pas ferme vers l’une des tables libres, un tout petit peu à l’écart de l’attroupement des costumes-cravates et s’assit dos au mur, le regard tourné vers l’entrée.

Arthur Milligan Jameson. Cela faisait bien des années qu’elle n’avait pas eu de nouvelles de lui. Oh, elle ne s’attendait pas à un coup de file ou une carte de vœux pour Noël étant donné le milieu dans lequel tous deux évolués, mais elle ne pouvait s’empêcher de se demander si le caractère de l’homme avait changé avec le temps. Pour sa part, Aleera avait muri, si à l’époque elle pouvait paraître naïve concernant les codes du milieu criminel, ce n’était plus le cas à présent. Elle n’était plus la nouvelle venue, elle était celle qui connaissait toutes les ficelles. La rousse avait prit en assurance, développer des compétences qu’elle ne pensait pas vraiment avoir, et elle l’avouait, avait développer un certain égo (Mais elle en avait les moyens pas comme certains fanfarons)

De quoi quelqu’un comme Arthur avait-il bien besoin d’aide de sa part. Là était le mystère. Mystère qui allait rapidement s'éclaircir puisque l’irlandais finit par entrer dans le bar à son tour.


 


Spoiler:
 

_________________