AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 314
En service depuis le : 25/09/2013
Localisation : Chez elle, comme toujours
Métier : Hackeuse internationale / Etudiante en informatique
Age du perso : 19 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Sam 19 Avr - 9:29




I Need, I Want, I Will

Jarod & Ashley
(L’action se passe environ une semaine après la fin du procès)

Je suis face au miroir de ma salle de bains, et je contemple mon reflet après avoir essuyé la buée du plat de la main. Jarod doit venir dans une demi-heure et il est temps que je me prépare. Je soupire doucement et ouvre le placard qui surmonte le lavabo, sortant tout ce dont j’aurais besoin pour me rendre un minimum présentable. J’aurais plutôt envie de m’enterrer sous ma couette, de me plonger dans un sommeil sans fin pour ne plus penser à tout ça, au procès, à Fowler qui est dehors. Tellement d’espoirs, la lueur au bout du tunnel, l’idée qu’enfin, je pourrais vivre une vie normale sachant que l’homme qui m’a fait ça, qui m’a tuée, deux fois, est en prison une bonne fois pour toutes. Et non. Il est dehors, et moi dedans. Il est libre, et c’est moi qui suis toujours enfermée. Lui peut profiter de la vie, moi je n’y ai droit que par procuration, à travers un écran d’ordi ou grâce aux visites de mes amis. Surtout Jarod.

Jarod… depuis ma sortie du Old Bailey, il a passé chaque minute de son temps libre avec moi. Pourquoi ? J’en sais toujours rien. Ce mec est une énigme, un mystère, et je l’aime. Dans cette histoire, à partir du premier soir où on s’est rencontrés, il est devenu quasiment tout mon univers. Il m’accorde son temps, sa présence, il me fait rire, il est ma fenêtre sur le monde, et la personne qui me rappelle que je suis toujours en vie. Pourquoi il fait tout ça ? Je n’en sais rien. Il ne m’a jamais rien demandé en retour, jamais tenté quoi que ce soit… Il est une énigme, la personne la plus douce, attentionnée et gentille que je connaisse, et en même temps il reste un mystère. Il y a une partie de lui que je n’arrive pas à lire, à cerner. Une zone d’ombre qui l’entoure et pour laquelle je n’ai pas la clef. Je le saurais sans doute jamais…

J’enfile ma robe, et commence à mettre un peu de couleur sur mes paupières, du mascara sur mes cils, et un petit peu de rouge à lèvres. Je ne sais pas pourquoi il m’a demandée de me préparer, mais j’obéis, comme j’obéirai à tout ce qu’il me demanderait de faire. Jour après jour, je m’étonne de la confiance que j’ai en lui. Je le suivrai en enfer s’il me le demanderait. Je l’aime. Je l’aime comme je ne pensais pas aimer quelqu’un, et lui ne semble pas s’en rendre compte. Ou, du moins, semble ignorer ce que j’éprouve pour lui, se contentant d’être l’homme parfait, me traitant comme si j’étais sa petite sœur, sa meilleure amie, mais pas comme je voudrais… C’est dur de se dire que l’homme idéal habite quasiment avec moi, mais que mes sentiments ne seront jamais partagés. Je chasse la boule qui se forme dans ma gorge, inspire profondément pour ne pas me mettre à pleurer, et ruiner mes efforts maladroits pour me faire jolie, et referme le tube de rouge à lèvres. Je n’ai pas envie de le décevoir en lui montrant un visage de panda, alors qu’il fait tout ce qu’il peut pour me remonter le moral, et m’aider à aller mieux. Pas simplement à aller mieux, à survivre, tout simplement.

Je range tout mon bordel, et retourne dans le salon. Le dîner cuit dans le four, et je file mettre la table. Au passage, j’attrape une tasse sale, un paquet de gâteaux vide, ramasse une chaussette qui s’est glissée sous le bureau, et termine de tout préparer. Je décide même d’allumer une ou deux bougies, histoire de soigner les choses. Toujours pas là. Je retourne dans la salle de bains pour finir de me sécher les cheveux, espérant que j’entendrais quand même la sonnette avec ce bruit. Enfin, d’un autre côté, il a les clefs. Quelques minutes plus tard, j’ai terminé, et je suis plutôt contente du résultat. Je range tout, encore une fois, et m’installe devant le pc. Je regarde mes mails, quelques conneries, quand enfin j’entends toquer à la porte. Notre signal. Je sursaute, et mon cœur s’emballe comme une collégienne. Je trottine vers la porte, ôte la chaîne et ouvre en grand. Un grand sourire naît sur mon visage, comme à chaque fois que je le vois.

Hello Darling ! Tu sais que tu es en retard ? Une première !


CODE BY AMIANTE

_________________
Mes RP

Mes liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
avatar

I'm on this case
Messages : 365
En service depuis le : 14/12/2013
Localisation : A la Ripper Cave ?
Métier : Secrétaire Juridique / The New Jack the Ripper
Age du perso : 25 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Sam 19 Avr - 22:00

Fowler était mort. Il ne restait de lui qu'un immonde amas de chair ensanglantée. Je l'avais frappé jusqu'à la mort, puis donné un coup de couteau. Un seul. Par vengeance. Les hurlements du condamné et les miens dans cet entrepôt dont l'écho assourdissant frappait mes tympans restaient gravés dans ma mémoire. J'étais retourné chez moi, le visage plein d'éclaboussures de sang. J'enlevais mes gants de cuir, mon manteau et mon haut de forme avant d'aller sous la douche. Molly n'était pas dans la salle de séjour, elle était probablement sortie ou dans la chambre. Je pris une douche brûlante pour enlever toutes ces taches de sang après avoir envoyé un message à Ashley. "Je me prépare et j'arrive. Notre soirée tient toujours, désolé, j'ai été retardé." Plus les minutes passaient, plus je me remémorais ce qu'il s'était passé dans cet entrepôt... En parlant d'Ashley, j'avais hurlé à Fowler qu'il s'agissait de "Ma Femme". J'avais tué ma cible différemment de mon mode opératoire. Emotionnellement, le sentiment de libération que j'avais d'habitude était nettement différent de celui que j'avais ressenti quand l'âme de Fowler était au bout de ma lame... Comme si je n'avais pas fait ça juste pour calmer mes pulsions. Une apparition d'Anne dans mon esprit soulignant qu'il s'agissait de la première fois que j'avais une réaction humaine depuis que j'avais le Code dans les mains. J'étais devenu humain depuis que je la connaissais et ce soir, je m'étais rendu compte d'une chose. J'avais besoin d'elle pour être complet...

Propre. Je croisais mon regard dans le miroir. Je me rasais de près avant de m'habiller. Une chemise noire, un pantalon de la même couleur, mes bottes de cuir. Habillé à l'instar d'un messager de la mort. Une fois prêt, je déposais la liste des commanditaires de l'agression d'Ashley sur la table de la salle de séjour. Je remplis un papier d'un mot a l'attention de ma colocataire. "Ne m'attends pas ce soir, je ne rentre pas. Ce soir, je me déclare..." Je sortis après avoir pris mes clés. La fraîcheur de la nuit était douce. Tout me semblait tellement plus chaud depuis que ce je ne sais quoi au fond de mon coeur est né... Je regardais mon portable. Il était tard... Je me pressais pour la voir. Lui dire... Mais quoi lui dire, au fond ? Que j'avais tué Fowler pour elle ? Non... Je voulais qu'elle garde le restant d'innocence qu'elle possède... Son appartement... J'étais en bas. Je montais lentement les escaliers, ne sachant toujours pas quoi lui dire... Seuls les bruits de mes pas se firent entendre dans le hurlement du silence de la cage d'escaliers... Une marche lente, hésitante, la première fois de ma vie que je marchais de façon si peu assurée. Mais bientôt, j'arrivais devant sa porte...

Je posais ma main sur le bois de la barrière qui me séparait du rayon d'innocence qui avait en partie allumé mon coeur. Puis la première fois où j'ai gravi les marches de cette tour d'ivoire me revint en tête. Ce courriel envoyé par Babyshamble, "Back from the Dead!"... Le repas chinois que je lui avais apporté pour notre première rencontre en face à face... Les jours que j'ai passé à être près d'elle, à la réconforter, à l'encourager, à la faire sortir de sa prison... Les repas que je passais là bas, la première nuit que j'ai passé à ses côtés... L'impression d'avoir dormi en ayant seulement vu Ashley se reposer, apaisée... Cette brume nocturne bleutée se levait chaque jour de plus en plus au fond de mon coeur. Chaque minute en sa présence me comblait... Le soir de sa renaissance, sur le toit de son immeuble, la nuit venue, l'orage grondant sa fureur sur Londres. Mon plaisir à l'aider, lui rendre service, à être l'épaule infaillible dont elle avait besoin, tout ça n'était pas un hasard... J'en étais amoureux.

Le procès. Mon état dans lequel la libération de Fowler m'avait mit. Mes pulsions qui étaient dangereusement trop fortes, non pas par besoin de tuer, mais par besoin de vengeance, oui, tout était clair... La filature de Fowler, moi dans sa voiture... L'entrepôt... La torture dans laquelle je ne tirais aucun plaisir, l'impression d'avoir ce poids sur le coeur qui ne s'envola qu'à la mort de cette ordure... Et ce hurlement... "MA FEMME !!" qui revenait sans cesse dans les tréfonds de mon esprit... Comme si à ces deux simples mots, la nuit avait cessé et que tout s'était enfin éclairci comme en plein jour. Comme si la princesse dans sa tour blanche avait fait lever le soleil chez celui qu'elle voit comme son chevalier... Un chevalier blanc pour elle. Alors qu'en réalité, il s'agit d'un chevalier noir... Je rassemblais mes forces avant de frapper de mes trois coups à cette porte que j'avais déjà tant heurté. Puis elle apparut. Le sourire radieux, les yeux qui pouvaient pénétrer au plus profond de mon âme... Une sublime élégance... Je vins vers elle et alors qu'elle souligna le fait que j'étais en retard, je passais une main dans ses cheveux chocolat avant de déposer mes lèvres contre les siennes avec la fougue d'une flamme ardente dans la nuit... Le brasier en moi était allumé. Ses lèvres si délicieuses, cette langue raidie par la surprise puis tendre par la passion dansait avec la mienne... Son parfum si délicat et si personnel était bien ancré sur mes vêtements. J'ignorais ce que je faisais. C'était aussi une pulsion que je voulais satisfaire... Puis je libérais un instant sa divine bouche, ne m'éloignant pas pour autant d'elle et au contraire, la rapprochais de moi... Je lui chuchotais alors les mots que jamais je ne pensais dire. Ni à elle. Ni à personne.

- Honey... Ma Honey... Je suis prêt à aimer... Grâce à toi...

Je fixais ses yeux noisette avant de continuer... La lumière s'allumait dans ses yeux, comme si ses prunelles enfermaient un millier d'étoiles...

- Et je ne veux aimer personne d'autre que toi... Je t'aime, Honey.


Puis d'un coup de talon dans la porte, je la refermais, reprenant alors où le baiser avait été stoppé... On le reprit. Les flammes brûlantes et rassurantes formaient un passionnant brasier ardent. Je passais mes mains sur sa taille, sur sa nuque, dans ses cheveux... Le temps s'était arrêté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 314
En service depuis le : 25/09/2013
Localisation : Chez elle, comme toujours
Métier : Hackeuse internationale / Etudiante en informatique
Age du perso : 19 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Dim 20 Avr - 20:06




I Need, I Want, I Will

Jarod & Ashley
Notre relation est étrange avec Jarod. Il est mon grand frère, mon meilleur ami, l’homme que j’aime. Il est une des personnes qui compte le plus pour moi, qui a le plus fait pour moi pendant ces longs mois, et pourtant on a échangé qu’un baiser…

Et pourtant j’aime ces moments, cet espèce de quotidien, juste tous les deux, avec nos routines de vieux couple. Le signal à la porte, au début pour me rassurer, et maintenant pour me faire sourire avant même que j’aie ouvert, les petits déjeuners qu’on partage, le fait qu’on ait même des surnoms débiles, qu’il a sa brosse à dents dans ma salle de bains, un tiroir avec quelques fringues, et sa marque de thé préféré dans mon placard. Je pourrais trouver un homme qui m’aimerait, vraiment, mais aucun ne serait aussi parfait avec moi que lui, à part qu’il ne me touche pas. Enfin… pas comme je le voudrais.

J’avoue que j’avais besoin d’une soirée avec lui, pour me changer les idées. Fowler, la pourriture qui m’a agressée, est toujours là, dehors, et tant que les choses seront comme ça, je ne pourrais pas sortir. Pas vivre à nouveau. Je souris sans même m’en rendre compte alors que j’ouvre la porte et le cherche gentiment.

Pourtant, au lieu de me répondre il s’avance vers moi, avec une lueur dans le regard que je n’ai jamais vue chez lui. Quelque chose a changé, mais je ne sais pas trop quoi, enfin, jusqu’au moment où il avance sa main vers mon visage. Je reste immobile, sans trop comprendre ce qu’il va faire, et mon cœur s’arrête quand il se penche vers moi. Non… non je… pourquoi il ? Ses lèvres se posent sur les miennes, et je ferme les yeux alors qu’il m’embrasse avec passion, nouant ses bras autour de moi pour me garder tout près de lui. Ses lèvres sont douces, chaudes, et il glisse doucement sa langue entre les miennes. Pendant un quart de seconde, j’ai presque peur de ne plus me rappeler comment on fait, comment on embrasse, mais je m’abandonne quand une des grandes mains de Jarod se perd dans mes cheveux. Je me hisse sur la pointe des pieds, agrippant sa chemise pour ne pas perdre l’équilibre, et je suis lentement, puis de plus en plus intensément son baiser. C’est juste… c’est juste trop beau. Après un long moment délicieux je me recule légèrement, restant entre ses bras. Trop de choses se bousculent dans ma tête, et il faut que je sache. Je murmure à peine, plongeant mon regard dans le sien.

Jarod… pourquoi ? Qu’est-ce que…

Et là… là mon cœur qui s’était arrêté passe en mode Flash Gordon, et commence à battre comme un fou en entendant ce qu’il me dit. Ma gorge se serre, j’ai le souffle coupé, et je sens le coin de mes yeux devenir légèrement humide. Quelques mots, quelques mots que j’ai attendus depuis tellement longtemps. Depuis les premières semaines où il a commencé à s’occuper de moi. Et là. Le genre de truc que toute fille a envie d’entendre, le genre de truc aussi beau que dans un film à l’eau de rose. Des mots d’amour. Des mots d’amour pour moi. Il est beau, il est intelligent, il est attentionné, et il m’aime. Il me veut moi. C’est presque trop beau, le genre de paquet cadeau qu’on reçoit à Noël et qui ne nous est, au final, pas destiné. Pourquoi un tel changement ? Sur le coup j’en sais rien et je m’en fous. Il sera toujours temps d’en parler plus tard. Oh oui, plus tard, mais pas maintenant.

Après m’avoir lancé un regard à faire fondre un iceberg, il se penche à nouveau vers moi, et j’entends le léger bruit de la porte qui se ferme avant qu’il ne m’embrasse à nouveau. Si le premier baiser était passionné, celui-là devient brûlant. Ses mains s’aventurent sur mon corps, et j’ai le souffle court rien que d’être collée contre lui. Timidement, je commence à répondre à ses caresses qui se font plus pressantes, détachant mes doigts de sa chemise pour les faire courir sur son visage, et sur son torse. Je commence à éprouver quelque chose que je ne pensais plus connaître un jour : du désir. Ses mains sur moi, son corps contre le mien, ses baisers… tout ça me donne envie de m’abandonner à lui, totalement. Il a déjà mon cœur de toute façon.

Mon dos rencontre un mur, et je remonte doucement ma jambe contre lui, qu’il caresse avec avidité, tout en continuant de m’embrasser avec fièvre. J’ai envie de me donner à lui. J’ai envie que les rêves que je fais depuis des semaines, dans lesquels il se passe exactement ce qui est en train de se passer là, maintenant, se réalise. Il est l’homme parfait, il me regarde comme si j’étais quelque chose d’unique et de précieux, qu’il découvrait pour la première fois. Les dernières barrières de ma résistance sont sur le point de céder, mais avant que je lui accorde tout, il faut que j’en sois sûre. Je romps notre moment magique, gardant une main sur sa joue et plongeant mon regard dans le sien.

Jarod. Promets-moi que tu n’es pas en train de jouer avec moi… que je suis qu’une distraction ou qu’une façon de passer la nuit. Je t’aime… et je n’ai pas envie de regretter de… t’avoir donné ma première fois…

Un peu honteuse, je baisse les yeux, attendant une réponse de sa part. J’ai peur que mes questions, mes doutes, ne lui fassent revenir les pieds sur terre, et qu’il ne réalise à quel point ça, moi, ce qu’il m’a dit, était stupide. J’ai peur qu’il me rejette, qu’il se moque de moi, que je ne lui plaise plus, mais je préfèrerais encore ça, en rester là, que de voir demain matin, après lui avoir accordé ça, qu’il aura disparu sans laisser de traces, après avoir obtenu ce qu’il voulait…


CODE BY AMIANTE

_________________
Mes RP

Mes liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
avatar

I'm on this case
Messages : 365
En service depuis le : 14/12/2013
Localisation : A la Ripper Cave ?
Métier : Secrétaire Juridique / The New Jack the Ripper
Age du perso : 25 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Lun 21 Avr - 18:08

Passion. J'étais arrivé comme un ouragan, emportant sur mon passage la petite brune. Ses yeux noisette tellement beaux et noyés de lumière avaient ce je ne sais quoi qui la rendait unique, précieuse. Ma précieuse. Jamais je ne pensais ressentir une pareille émotion... Elle semblait boulversée par la situation. Celui qu'elle aimait qui arrive chez elle et qui lui avoue d'une traite qu'il l'aime aussi... Qui allait oser être aussi cruel pour lui reprocher sa réaction ? Certainement pas moi... Je ne m'étais pas contrôlé pour lui déclarer ma flamme. Elle pouvait bien réagir de n'importe quelle manière face à une pareille situation. Elle me rendit mon baiser fiévreusement. Elle me caressait timidement puis prit de l'assurance quand j'avançais, la plaquant tendrement contre le mur et passant ma main sur sa jambe... J'avais chaud. La première fois de ma vie que je désirais le corps de quelqu'un. Bien sûr, j'avais déjà goûté au ""plaisir" de la chair" comme le disait feue ma tante, mais jamais je n'ai ressenti l'intérêt, ni l'excitation, et encore moins l'envie de faire un coït avec quelqu'un. Ce soir, j'en avais une envie presque douloureuse, j'allais le faire par envie, par plaisir et non pour me tricoter ma couverture... Ce moment qui me semblait en dehors du temps eut bien une fin. Le baiser fut coupé par Ashley qui avec ses grands yeux de chaton mouillé, voulut être sûre que je ne plaisantais pas, que j'étais sérieux. Suffisamment sérieux pour qu'elle me confie sa première fois. Lorsque j'appris ça, je m'arrêtais doucement. Ma main qui tenait sa cuisse la caressa tendrement. Quant à mon autre main, je la portais à la sienne avant de la glisser sous ma chemise, sur mon torse. Un troupeau d'étalons fous galopaient dans ma poitrine, mon regard était plongé dans le sien... Dans un chuchotement, je lui donnais ma réponse.

- Je t'aime, Honey... Je comprendrai si tu veux attendre, je ne veux pas te presser... Maintenant que que je sais à nouveau ce que veut dire être amoureux, je ne veux pas passer à côté de toi.

Pour réponse, j'eus droit à un nouveau baiser de sa part. Ce toucher si délicat, la douceur de ses lèvres, semblable à celle du miel, cette langue puissante et musclée qui danse avec la mienne avec la passion qui dégage d'un torride flamenco espagnol. Je portais ses jambes qu'elle croisait dans mon dos. Le baiser brûlant ne s'arrêtait pas et je cherchais à m'orienter dans le couloir pour aller jusqu'à la chambre, pour l'honorer pour la première fois, dans les règles de l'art. Une première fois dans un lit, avec la personne que l'on a choisi, de la plus délicieuse des douceurs.

J'ouvris la porte de son domaine avant de l'allonger sur son lit. Je m'installais à califourchon sur elle, enlevant un à un les boutons de sa robe noire après l'avoir relevée. Un bouton. Deux boutons. Trois boutons. J'embrassais son cou, le mordillais passionément. Je la voulais... Quatre boutons. Cinq boutons. Six boutons. Je découvrais sa belle poitrine chaude et blanche d'innocence... Une pointe d'envie me força à y donner caresses et baisers...

Ses tétons d'un beau rose durcirent tendrement au passage de mes doigts fins. Je levais les yeux vers elle quelques instants et lui souriais avant de reprendre la découverte de ce corps si parfait... J'embrassais la poitrine de ma belle, y sentant les battements de son coeur aller à un rythme assez rapide... C'était pour moi qu'il battait autant. Sept boutons... Huit boutons... Neuf boutons. J'arrivais alors à sa blessure de guerre, sa cicatrice qui était l'unique marque d'ombre sur le tableau merveilleux qu'était son corps si parfait... Mais en même temps, cette marque avait son charme... Je la caressais du bout de l'index... Mon cadeau, Ashley, devait être mon unique pensée ! Dix boutons... Onze boutons... Douze boutons... Treize boutons... Je vis alors son bas. Une culotte en dentelle, bien loin de sa garde robe que je connaissais... Tellement attirante... Je la regardais tendrement avant de lever les yeux vers ceux de la belle jeune femme...

- Tu es... Sûre que tu le veux..?

Elle hocha la tête, positivement... Je m'abaissais pour arriver le nez contre la dentelle du vêtement si inhabituel. Puis avec mes mains, je faisais glisser la culotte qui lentement se retrouva aux chevilles de la jeune femme. J'avais pris tout mon temps pour la déshabiller, comme si je déballais mon premier cadeau... Une petite chaleur s'échappa de son entrejambe aux lèvres humides allant me faire les embrasser tendrement... Avant d'y glisser ma langue et de donner quelques coups dans ce puits d'amour... Ashley... Je caressais son corps brûlant qui se cambrait sous l'influence de ma langue. Je voulais lui donner la douceur d'une première fois mémorable... Je m'étais surpris à lui donner ce plaisir avec tellement d'aisance, tellement de tendresse que je l'avais presque crue en porcelaine, en sucre, en bulle de savon... Un feu ardent brûlait en moi, je ne voulais pas m'arrêter de lui donner ce plaisir que j'espérais infini... Puis je m'installais allongé sur le côté, tout contre elle, la main contre son coeur, lèvres contre lèvres, je lui murmurais alors les mots qui venaient du plus profond du mien...

- Je t'aime, Honey... Je veux te donner l'univers...

_________________
I'm FromHell...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 314
En service depuis le : 25/09/2013
Localisation : Chez elle, comme toujours
Métier : Hackeuse internationale / Etudiante en informatique
Age du perso : 19 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Lun 21 Avr - 21:06




I Need, I Want, I Will

Jarod & Ashley
Je suis en plein dans un rêve, le genre de scène digne d’un film à l’eau de rose, où le mec parfait vient finalement toquer aux fenêtres de la fille qu’il prenait pour la bonne copine, une fois qu’il s’est rendu compte que c’est la femme de sa vie. Sauf que je ne rêve pas, et que ça se passé, là, maintenant, dans mon propre appartement. Il m’embrasse comme si ma vie en dépendait, me tient contre lui, et me dit des trucs qui me donnent envie de pleurer et de sauter de joie en même temps. J’ai beau aimer les comics de super héros, je suis une fille, qui aime certains trucs de fille. Là je suis comblée. Ses mains me caressent, prennent possession de moi, alors qu’il me plaque doucement contre un mur. Des courants électriques me parcourent alors que son corps se presse contre le mien, que son souffle s’accélère, le mien aussi, et que je me sens délicieusement prisonnière. Je ferme les yeux, rejetant légèrement ma tête en arrière alors que sa main s’aventure sous ma jupe, et que ses lèvres courent dans mon cou. C’est juste… tellement intense. Et je sais que je ne pourrais plus garder la tête claire très longtemps, alors je lui pose la question qui me pèse sur le cœur : connaître ses intentions. Je sais bien que rien, absolument rien ne me fait douter de lui, il est la personne qui, à part ma famille, a été la plus gentille, adorable, attentionnée avec moi, mais il faut que je l’entende, il faut que ça sorte de sa bouche, qu’il m’aime, moi, et qu’il ne me laissera pas demain matin en constatant que tout ça était une grosse connerie. Qu’il pouvait mériter mieux que moi, le genre de fille qui pourrait être mannequin, drôle, intelligente, et une bombe au lit. Tout mon opposé. De ça aussi j’ai peur, qu’en apprenant que je suis vierge, il me prenne pour une fille coincée, ou qu’il n’ait pas envie de s’embêter à être gentil, doux, patient et bla bla bla. Sauf qu’il est encore plus parfait que terme de parfait, me souriant tendrement, et prenant doucement ma main, la pose sur la peau nue de son torse, sous sa chemise. Mes doigts me brûlent rien qu’à l’effleurer et quand il me rassure, je dois inspirer profondément pour ne pas pleurer, me contenant de hocher la tête et me hissant légèrement sur la pointe des pieds pour lui accorder la seule réponse que je suis capable de formuler là maintenant, un baiser.

Comme si je ne pesais rien, il tient fermement mes cuisses, pour qu’il me porte en étant face à lui. J’étouffe un petit cri de surprise, nouant mes bras autour de son cou, avant qu’il ne reprenne mes lèvres, et qu’il ne marche à pas lents vers ma chambre. Certains pourraient trouver ça humiliant, ou réducteur, mais je me sens fragile, désirée, aimée alors qu’il me tient comme ça. Il m’allonge sur mon lit, les bras au-dessus de la tête, et mon souffle s’accélère quand je le vois, à genoux contre moi. Il a encore ce regard émerveillé, alors qu’il se penche vers moi, et je frémis quand ses mains se posent sur mes hanches, avant de remonter vers le haut de ma robe. Ses doigts fins ouvrent le premier bouton, en même temps que ses lèvres viennent embrasser mon cou, et je frisonne légèrement en sentant qu’il mordille ma peau. Mon souffle est court, et ma tête bascule en arrière, m’abandonnant totalement alors qu’il ouvre avec une lenteur délicieuse et diabolique les boutons les uns après les autres. Puis, du bout des doigts, il écarte les pans de ce qu’il a déjà découvert, et ouvre le fermoir de mon soutien-gorge, situé entre mes seins.

Mon bas-ventre se tord alors que ses mains chaudes glissent sur mes seins, et mes jambes se resserrent contre lui. Il joue avec pendant de longues secondes, et je me surprends à laisser échapper un léger gémissement de plaisir. Je sens qu’il s’arrête et se redresse légèrement, comme pour savourer son effet, avant de reprendre sa torture géniale. Jamais, jamais je ne me suis sentie comme ça. J’ai chaud, je tremble… je meurs de désir pour lui, lui mon prince charmant, celui à qui je vais accorder ma première fois. Ses doigts diaboliques et sa bouche reprennent leur progression. Bouton, baisers, caresses, bouton, baisers, caresses. Il arrive à ma cicatrice, qu’il effleure doucement, avant de reprendre. Et le dernier, enfin. Je n’ai plus rien sur moi que ma petite culotte  des grandes occasions, qu’en fait je mets pour la première fois. Je me sens tellement vulnérable, à sa merci, et pourtant je ne voudrais être nulle part ailleurs. J’ouvre les yeux quand je l’entends me parler doucement, et il plonge son regard dans le mien.

Je ne veux personne d’autre que toi…

Il sourit encore, et tout en me regardant, descend pour arriver au niveau de mon entrejambe. Ses mains agrippent mes hanches, glissent sous le tissu, qu’elles font descendre lentement. Je suis totalement nue. J’ai tellement peur de ne pas lui plaire, qu’il ne me trouve pas assez jolie, maintenant qu’il m’a vue… sans rien. Non, ses mains caressent mes cuisses, mais alors que je m’attends à ce qu’il revienne m’embrasser, ses lèvres continuent à descendre sous mon nombril,  et encore jusqu’à… Mais qu’est-ce qu’il ? Oh mon dieu. Ses mains sont toujours sur mes cuisses, pendant que sa langue me coupe le souffle. Mon corps se cambre et se met à trembler, mes mains agrippent les draps pendant que je respire par à-coups. C’est… je trouve pas les mots. Seconde après seconde, sa langue entre en moi, et je suis à deux doigts de quelque chose que je ne connais pas. Des vagues de plaisir m’envahissent alors que je gémis doucement, totalement terrassée parce que j’éprouve. C’est… c’était… juste divin. Violent. Epuisant.

Pendant quelques secondes, je reste immobile, incapable de bouger, tentant juste de retrouver mon souffle et calmant mes tremblements. Je sens Jarod qui s’allonge  mes côtés, posant sa main sur ma poitrine, et me murmurant avec douceur un truc donc lui seul a le secret. C’est trop. Je sens qu’une larme vient rouler le long de ma joue, alors que je lui souris, lui caressant doucement le visage. Il est tellement beau…

Jarod… tu m’aimes et tu me rends heureuse. J’ai besoin de rien d’autre…

Je m’avance légèrement pour lui voler un nouveau baiser alors qu’il essuie mes larmes, et mes mains se posent doucement sur son torse, commençant timidement à ouvrir les boutons de sa chemise.


CODE BY AMIANTE

_________________
Mes RP

Mes liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
avatar

I'm on this case
Messages : 365
En service depuis le : 14/12/2013
Localisation : A la Ripper Cave ?
Métier : Secrétaire Juridique / The New Jack the Ripper
Age du perso : 25 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Dim 27 Avr - 18:48

Elle était émue aux larmes. C'était la première fois qu'on l'honorait. C'était dans le fond, compréhensible. Je passais mon pouce sur ses yeux pour cueillir les petites gouttes quand elle répondit à ma déclaration. Dans un sourire, elle m'offrit un baiser, cherchant à déboutonner ma chemise noire. C'était la première fois que quelqu'un me déshabillait, n'appréciant de base que très peu le contact humain. Même lors de ma première fois, je m'étais déshabillé seul, allant même jusqu'à plier mes vêtements... Et Ashley avait ce petit coup de main un peu timide à faire quelque chose que je faisais tous les soirs et à le rendre bon... Cette sensation de picotements dans le corps, le rythme cardiaque qui s'accélère, la température du corps qui monte et qui monte et qui monte... De l'excitation.

Je m'allongeais doucement sur elle pendant notre baiser, en prenant la précaution de ne pas trop m'appuyer sur elle. Une douce pression contre elle. Je lui caressais chaque partie de son corps avec une envie inédite. Sa taille, sa poitrine, son cou, ses cheveux... Sans le voir venir, je me surpris, excité comme jamais, à avoir enlevé mon pantalon d'une main et de l'avoir lancé derrière moi, comme si j'allais ne plus jamais en avoir besoin... Une réaction de ma part que je ne soupçonnais pas et que jamais je n'aurais cru voir venant du presque parfait cliché de jeune anglais que j'étais... Ma chemise noire d'ébène glissa le long de ma peau et prit sa liberté quand je lâchais mon amante pour quelques secondes... J'étais nu. Dans le plus simple des appareils. Aucun déguisement... Je me sentais en sécurité et vulnérable à la fois...

- Je... Te plais, Honey ?

Pour réponse, j'eus droit à un large sourire de sa part. Je savais ce que je voulais savoir... Je lui plaisais. Mon teint pâle, sans aucun poil de travers, sans aucune marque d'imperfection... Le Ripper, si parfait aurait négligé le corps qu'il occupe ? Jamais... Je l'embrassais fougueusement, plein d'énergie venant du coeur. J'évoluais. Mes mains parcouraient son corps blanc et chaud avec toute l'envie qu'il était possible d'éprouver... Mes lèvres glissaient sur son cou avec chaleur et excitation... Je descendais petit à petit, donnant des baisers sur le passage qu'empruntait ma bouche... Ses seins, son ventre, son entrejambe... J'y donnais encore quelques petits coups de langue à la surface de son puits de passion et à l'intérieur, y goûtant son eau...

Je me redressais avant de mettre mes mains sur ses hanches, m'allonger sur elle et de lentement entrer en elle alors que mes lèvres couvraient les siennes. Mes mains remontaient le long de son corps avant de lui caresser son doux visage. J'allais le plus doucement possible, comme si elle était aussi fragile qu'une statue de verre... Avec un sourire rassurant, je l'admirais éprouver son plaisir. Jamais je ne pensais être excité et heureux de la voir ainsi, nue, offerte, amoureuse et passionnée...  Je donnais quelques petits coups de reins, tout aussi lents que quand j'étais entré en elle. C'était tellement lent qu'on aurait presque pu croire que je ne donnais pas de coups mais simplement de longs et profonds va et vient... Je la vis grimacer quelques instants avant de reprendre l'expression qu'elle avait, petit à petit. Je reprenais mes doux assauts de baisers et de caresses sur son corps semblant si frêle entre mes doigts, lui offrant une première fois chaude, soignée, tendre, douce...  

- Surtout, si je te fais mal, dis-le... Je veux t'offrir une belle première fois...

On y était. La fin de longues semaines d'assistance dans son appartement, ma première fois avec celle pour qui mon coeur battait. Celle qui occupait mes pensées depuis un bon moment, celle qui était l'extension de mon corps, celle avec qui je ne formais plus qu'un... Je me sentais bien, important pour quelqu'un et surtout... Surtout... Aimé. Aimer... L'amour et tous les sentiments qui y étaient raccrochés dont les émotions ressenties m'étaient inconnues jusqu'à ce que ma voix aiguisée pourfende Fowler. Ce hurlement, ce "Ma femme !" revenait inlassablement et qui me faisait me sentir bien... Le voile de ténèbres, de mystère et d'impassibilité qui couvrait mes yeux depuis près de vingt ans s'était levé, me montrant tous les bons côtés, les émotions, la beauté du coeur d'une jeune femme pure et innocente qui nous ouvre ses petites portes... Aimer et être aimé en retour, ce pour quoi beaucoup se battent, m'était arrivé sans que je ne puisse le voir venir. Moi qui détestais être pris de court par les gens ou les situations, je me l'avouais, j'adorais être pris par surprise par cet exquis et déléctable moment. Je ne voulais pas que ce moment s'arrête...

Elle était dans une tour d'ivoire, j'y entrais avec le désir de ne jamais en sortir... Son coeur était mon abri, là où mes démons ne peuvent me suivre... Son coeur me faisait me sentir vivant et me protégeait.... Ashley. Merci. Je t'avais fait renaître, mais toi, tu m'as donné ce que personne n'a su me faire ressentir en vingt longues et interminables années. La sensation de vivre pleinement.

Au fond de moi, un orage grondait. La tempête de sentiments qui était lâchée en moi, révolutionnant mon monde de nuit, les chevaux fous qui galopent comme jamais font battre mon coeur, de passion et d'amour. J'allais en elle de plus en plus énergiquement, n'ayant pas quitté ses lèvres, mon premier cadeau que j'avais presque repoussé la première fois, n'ayant pas compris le message qu'il voulait me faire passer... Je me rattrapais, ce soir. Pour moi, ma première fois, c'était avec elle, ne rendant le moment qu'encore plus intense, plus fort, plus beau... J'allais me souvenir de cette nuit pour le restant de mes jours. Cette nuit ressemblant en tout point à un rêve et qui au final n'en était pas un...

Et bientôt, pour elle comme pour moi, l'apothéose. Le feu d'artifice, le tonnerre fracassant, le lever du soleil de minuit du grand nord... Le nirvana. Nos soupirs et nos gémissements se mêlaient entre eux, comme les deux flammèches de deux allumettes distinctes qui s'unissent, en formant une plus grande... La chaleur entre nous était torride, nous étions trempés de sueur, mais nous l'ignorions et à dire vrai, c'était le cadet de nos soucis... Mon regard croisait le sien alors qu'elle sombrait dans la torpeur. Je lui adressais un sourire avant de lui offrir un dernier baiser pour l'accompagner dans ses plus beaux rêves... Je m'installais contre elle après m'être retiré. La main dans ses cheveux, je ne la quittais pas du regard. Je me surpris à avoir quelques perles de larmes dans les yeux et à lui chuchoter quelques mots...

- Merci... D'exister pour moi...

Puis, après de très longues minutes à la regarder dormir, apaisée, je sombrais à mon tour dans un doux, chaud et rassurant sommeil, le sourire aux lèvres, pensant alors à une seule personne Honey...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 314
En service depuis le : 25/09/2013
Localisation : Chez elle, comme toujours
Métier : Hackeuse internationale / Etudiante en informatique
Age du perso : 19 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Lun 5 Mai - 12:48




I Need, I Want, I Will

Jarod & Ashley
Mon sauveteur, mon meilleur ami, et maintenant, mon amant. Cette revelation m’est tombée dessus au moment où je m’y attendais le moins, au moment où je commençais tout juste à me faire à l’idée qu’il ne me verrait jamais comme moi j’aurais envie d’être vue par ses yeux. Des baisers passionnés, une étreinte de contes de fées pour m’amener dans ma chambre, et je me sens la chose la plus précieuse qui puisse exister. Une partie de moi voudrait savoir ce qui lui a fait ouvrir les yeux. Pas maintenant. Plus tard. La seule chose qui me fait flipper, c’est que je me réveille seule, et qu’il soit parti. Ou que je me réveille en constatant que c’était qu’un beau rêve de midinette. J’ai à peine fini de déboutonner sa chemise qu’il s’allonge sur moi. Rien que ça, sentir son poids sur moi, son sexe contre mon entrejambe à travers son pantalon allume un brasier dans mon bas ventre, et je resserre mes cuisses contre ses hanches alors qu’il me couvre de caresses. Mes mains viennent caresser doucement, puis avec envie, sa peau blanche et douce. Bientôt son pantalon rejoint ma robe, et il est nu contre moi. Je frémis. On est proches du point de non-retour. Maintenant tout peut encore s’arrêter, mais un peu plus, un tout petit peu plus, et tout sera changé, à jamais. J’ouvre les yeux quand il me pose une question qui m’étonne. Si je lui plais. Bon sang ça fait depuis des semaines qu’il pourrait faire de moi ce qu’il veut, et il ose encore demander ça…

Evidemment…

Je frissonne en le sentant nu contre moi, excité. Il n’y a plus rien entre nous. Il revient prendre mes lèvres avec fièvre, se pressant encore plus contre moi, et je me cambre d’avantage. J’ai envie de lui à en avoir mal. Mais il prend un plaisir sadique à me faire languir, redescendant explorer mon corps, chacun de ses baisers, chacune de ses caresses est comme une petite décharge qui me coupe le souffle. Puis il revient, sur moi, contre moi, et… en moi. Mes mains viennent s’agripper à ses épaules alors qu’il progresse avec une lenteur délicieuse. Mais quelques secondes plus tard la douleur vient me vriller le bas-ventre. Je me crispe, et mes mâchoires serrées laissent échapper un léger gémissement de douleur. Je sais que c’est un passage obligé. Jarod s’arrête, caresse mon visage, l’air inquiet, et me demande si ça va. Je hoche doucement la tête alors qu’il reprend très doucement. Et petit à petit la douleur s’atténue. Ca y est… je suis à lui. Je lui ai tout donné. Il continue ses caresses, ses baisers, comme si j’étais en cristal, et mon corps commence à danser avec le sien. A peine perceptible tout d’abord, je commence à sentir du plaisir. Plaisir qui augmente très doucement, à chacun de ses mouvements. Mes cuisses se resserrent contre lui, et je me sens bien comme jamais, totalement abandonnée et vulnérable, et pourtant, tellement en sécurité. Le monde n’existe plus, il n’y a que nous. Au fil des secondes, des minutes, notre tête à tête se fait plus enflammé. Ses mouvements sont plus rapides, plus profonds, et c’est comme si je m’enflammais. Des gémissements de plaisir cette fois s’échappent entre mes lèvres, et chacun d’entre eux multiplie son ardeur. Il entre de plus profondément en moi, et je le serre contre moi, pour ne faire plus qu’un. C’est… c’est plus violent que je ne pourrais le dire. Mon plaisir monte, monte encore, et je le sens glisser un bras autour de ma taille pour me ramener encore plus près de lui, alors que mon front vient s’appuyer contre son épaule. J’entends vaguement mon lit qui grince, mais surtout j’entends son souffle à lui. Plus rapide, plus haché. Et enfin… l’explosion. Encore plus intense et délicieuse que celle qu’il m’a faite avoir plus tôt. Un dernier coup de rein et il s’immobilise quelques secondes contre moi, les yeux fermés. Puis il ouvre les yeux et m’embrasse avec passion, écartant quelques mèches de mon visage trempé. Alors c’est ça… c’est ça se donner à quelqu’un… C’était magique. C’était parfait. Comme lui. Mon corps se détend enfin, tremblant encore un peu, et mes mains caressent tendrement son dos. On ne dit rien, parce qu’il y a rien à dire. Les mots ne suffiraient pas, et on se comprend par nos regards, et le sourire ravi qui est affiché sur nos lèvres. A regrets il se retire, avant de se basculer sur le côté et de m’attirer contre lui. Ma tête revient se poser à sa place habituelle, dans le creux de son épaule, pendant que ma main caresse son torse blanc. Je sens son bras autour de ma taille, pour me garder contre lui, pendant que l’autre me caresse doucement les cheveux, après m’avoir recouverte. Je ne sais pas combien de temps je reste comme ça, mais je sombre bientôt, dans la plus délicieuse des fatigues.

J’ouvre les yeux. Je mets quelques secondes à émerger, et je me rends compte que je suis seule. J’ai une boule dans la gorge en me rendant compte que c’était qu’un beau rêve… hélas. Je repousse la couette, mais à ce moment je me rends compte que je suis à poil. Wow… je ne dors jamais à poil. En jetant un œil à ma chambre, je vois que ma robe noire est encore par terre, comme ma petite culotte. Mais pas de Jarod. Alors comme ça c’était vrai… Je cherche un mot, quelque chose qui pourrait expliquer pourquoi je me réveille seule après… ce qui s’est passé. Rien. Ma gorge se noue à nouveau, et je sens des larmes perler au coin de mes yeux. Putain… après tout ça, des semaines à se voir quasiment tous les jours, à dormir ensemble, à m’accompagner au procès… tout ça c’était pour m’avoir. Profiter de moi. Et je me suis fait avoir, comme une conne. Je lui ai donné mon cœur, ma première fois, et lui s’est amusé avec et a balancé le tout avant de se barrer. Je m’étais bien dit que c’était trop beau. Je sens ma gorge se serrer alors que des larmes perlent aux coins de mes yeux.


CODE BY AMIANTE

_________________
Mes RP

Mes liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
avatar

I'm on this case
Messages : 365
En service depuis le : 14/12/2013
Localisation : A la Ripper Cave ?
Métier : Secrétaire Juridique / The New Jack the Ripper
Age du perso : 25 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Mar 13 Mai - 18:23

Je caressais son front, ses cheveux, sa joue et ses lèvres du bout des doigts. Ses yeux fatigués qui brillaient comme un millier d'étoiles étaient la plus belle chose que j'avais jamais vu de ma vie... Plus belle qu'un jour de tempête, où les éléments se déchaînent, où la foudre tombe et gronde sa présence... Je l'embrassais tendrement, du bout de mes lèvres qui n'avaient jamais touché celles de quelqu'un jusqu'à ce soir, d'elles mêmes... Un baiser. Tout ce qu'il y avait de plus simple et que je n'avais jamais connu... Le lever de soleil sur ma vie, les taches de sang qui s'écartent pour me faire voir autre chose que celui que j'étais la nuit... Je n'étais pas un tueur, ce soir. J'étais un homme dit normal qui goûtait pour la première fois au fruit de l'amour d'une femme exceptionnelle... De longues minutes passèrent, nous regardant dans les yeux, à s'embrasser, se caresser... La première fois de ma vie toute entière que je me sentais aussi bien. Puis elle s'endormit, petit à petit... Je me surpris à avoir une certaine chaleur ainsi qu'une étrange humidité dans mes yeux. Des larmes... Ashley changeait l'immuable...

- Dors bien, Honey...

Pris moi aussi par la fatigue, je commençais à fermer les yeux, apaisé par l'aura de douceur et de tendresse qui m'enveloppait. Une nuit belle, calme, dans les bras de quelqu'un à qui je pourrais tout confier... Personne ne sait qui je suis vraiment, et je voudrais l'avouer qui je suis, bien que je voudrais la préserver de ma seconde identité qui à coups de couteau la délivre de sa tour d'ivoire dans laquelle Fowler et ses commanditaires l'avaient enfermée.

Je me réveillais tard dans la nuit. Ou plutôt tôt le matin. Six heures, peut être sept. Je voulais rester près d'elle, persuadé que le rêve allait prendre fin quand j'allais refermer la porte de sa chambre... Je sentais son coeur battre, la voyais respirer. Après m'être lentement dégagé sans bruit, je descendis du lit avant de la recouvrir de sa couette. Je me sentais comme un homme normal... J'enfilais mes vêtements avant de sortir, en silence de la chambre de ma belle au bois dormant... J'ouvris à nouveau la porte avant de constater qu'elle était toujours là... Dieu merci, ce n'était pas un rêve... Je regardais mon portable afin d'y voir l'heure. 6:30 am. J'avais une idée, celle de lui faire son petit déjeuner. Derechef, je sortis pour vite rentrer chez moi et lui faire un gâteau. Mon fameux gâteau amandes chocolat qu'Anne m'avait apprit à faire. Ashley allait sûrement beaucoup apprécier le petit déjeuner au lit ! Ma seule peur était qu'elle se réveille, détruisant ainsi mon effet de surprise...

Ne pas perdre de temps. A peine rentré chez moi que je commençais à me mettre aux fourneaux. Vite, vite, vite, faire la pâte. La partie la moins longue, que j'avais conclu très promptement. J'enfournais le tout à la cuisson avant d'aller prendre une douche et de me changer... Je voulais être parfaitement propre et habillé pour elle. A penser comme ça, on aurait presque pu croire au fantasme. Moi, qui jamais n'avais découvert l'amour, le fait d'être important pour quelqu'un qui n'était pas de notre famille, agissais comme celui qui avait déjà tout vécu. Merci, Anne.

Impeccable, bien habillé, bien coiffé, le gâteau prêt, chaud, sous le bras et armé d'une rose, je retournais chez Ashley. 10:00 am. J'espérais qu'elle dormait toujours. Comme une ombre, je me glissais chez elle, sans bruit. Porte de sa chambre close, personne n'était là. Parfait... J'allais à la cuisine, couper le gateau encore fumant et le servir sur une petite assiette. L'eau du thé chauffait et petit à petit son plateau de petit déjeuner prit forme. Pour une fois, le "breakfast" allait avoir une forme complètement différente de d'habitude : Un thé, du miel, quelques parts de gâteau aux amandes et chocolat et, pour veiller sur ce festin, une rose aux pétales d'un beau rouge sang. Je pris le plateau de bois avant de me rendre dans la chambre de la brune. En silence. Puis ma main saisit la poignée en douceur pour ouvrir la porte. Je parlais à Ashley avec douceur, un murmure, un chuchotement...

- Good morning, Honey... Je t'ai fait ton petit déjeuner, maison ! Tu veux un peu de miel dans ton thé ?

Je m'approchais d'elle, encore allongée dans son lit avant de déposer le plateau sur sa table de nuit et, posant ma main sur sa joue, capturant une de ses belles mèches brunes entre mes doigts et le sourire aux lèvres, je l'embrassais tendrement, d'un baiser doux, chaud et passionné à la fois... Nos souffles se croisèrent quelques instants avant que je ne libère sa bouche, reprenant mes douces paroles.

- Ce n'est pas un rêve... C'est la réalité. Je t'aime, Honey...

Mes yeux se noyèrent dans les siens. Ce n'était pas un rêve. Mais moi non plus, je n'arrivais pas à croire à quel point ce coup du destin était... Inespéré, merveilleux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 314
En service depuis le : 25/09/2013
Localisation : Chez elle, comme toujours
Métier : Hackeuse internationale / Etudiante en informatique
Age du perso : 19 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Sam 24 Mai - 17:18




I Need, I Want, I Will

Jarod & Ashley
Je pensais pas que c’était possible pour mes sentiments de faire un tel yoyo émotionnel. Eh ben si. Quelques heures avant, j’étais la fille la plus heureuse du monde, la princesse de contes de fées que son prince charmant vient enfin réveiller, et là je suis la princesse qui se rend compte que son prince voulait juste tirer un coup et qu’elle n’aura plus de nouvelles de lui. Je me sens conne, je me sens sale, je me sens mal. Comme si quelque chose en moi s’était brisé, peut-être mes rêves, ou mon amour propre. Qu’il ait pu me tromper à ce point, alors qu’il savait que j’étais cassée, que j’étais clouée chez moi… faible, fragile et vulnérable. Quel connard ! Mes mâchoires se serrent, à l’idée de ma vengeance. Oh putain je vais le retrouver. FromHell, t’es qu’un débutant, et t’as eu tort de vouloir t’en prendre à moi. J’ai pu entrer dans les archives des services secrets, et dans un nombre d’endroits soi-disant hyper protégés et inviolables. On a même pas remarqué que j’étais passée. Alors lui, petit secrétaire merdique, c’est un jeu d’enfant. Je vais te détruire. Détruire ta vie entière. Balancer tes numéros de cartes de crédit, dévoiler quels pornos tu regardes, toutes les conversations compromettantes que t’as pu avoir je…

Je sursaute en entendant ma porte s’ouvrir, et ma main plonge pour attraper le couteau, quand je reconnais la voix de Jarod. Je le vois passer la tête par la porte, et me regarder avec un grand sourire. En un instant ma colère s’envole, alors que je cache ma poitrine en remontant la couverture. Il porte un plateau dans les mains, et me demande ce que je veux dans mon thé comme si c’était la chose la plus normale du monde. Là j’ai envie de pleurer. Il est là, il est là pour moi, il ne m’a pas abandonnée… Il est revenu. Je pensais que la nuit avait été parfaite, mieux que tout ce que j’aurais pu espérer, mais il en rajoute encore une couche dans la perfection. C’est un amant magnifique, et c’est aussi un… petit ami génial. Rien que d’y penser ça me fait bizarre, de me dire que… qu’on est… ensemble. Je déteste cette expression, mais je ne trouve pas d’autre façon d’en parler. Il est à moi et je suis à lui. Je ne comprends pas ce qui fait qu’il se démène autant pour moi, moi la petite étudiante qui ne peut plus sortir de chez elle, et lui, beau comme un dieu et l’homme le plus gentil que j’aie jamais rencontré.

Il s’approche, et comme à chaque fois je suis impressionnée par sa grâce, sa façon de bouger comme un chat. Il dépose le plateau à côté de moi, et je vois tout ce que j’aime, avec en plus une rose rouge. Puis il s’assied près de moi, et je tends la main vers lui avec un sourire triste. Il caresse ma joue, me recoiffe doucement, et m’embrasse, comme si j’étais la chose à laquelle il tenait le plus au monde. Dès qu’il détache ses lèvres des miennes, je noue mes bras autour de son cou, et murmure à son oreille.

J’ai eu peur… j’ai eu peur que tout ça soit qu’un rêve… et après, quand j’ai compris que ça s’était passé, j’ai eu peur que… que tu sois parti. Sans jamais revenir… J’ai cru que tu m’avais abandonnée après avoir eu ce que tu voulais… Je suis désolée d’avoir pensé ça de toi… C’était juste… trop beau pour être vrai…

Je reste encore quelques instants contre lui, juste pour le plaisir de me sentir fragile entre ses bras, de sentir ses lèvres qui embrassent mes cheveux. Mon prince est le plus charmant de tous. Mon homme à moi. Je me recule, et lui caresse tendrement le visage avec un sourire idiot, avant de lui demander.

Passe-moi juste un tshirt dans le tiroir là, s’il te plaît. Je… suis un petit peu à poil.

Je passe le vêtement, et je lui fais signe de s’installer à côté de moi pour déjeuner ensemble. Après ce qui s’est passé, après tout ce qui me tombe dessus, j’ai besoin de l’avoir près de moi, contre moi. J’ai besoin d’être sûre qu’il ne va pas m’abandonner, qu’il ne regrette rien. Je glisse une cuillérée de miel dans ma tasse d’Earl Grey et je contemple ma cuillère qui tourne lentement dans l’eau brûlante tout en demandant.

Darling tu… Est-ce que tu as aimé la nuit dernière ? Je sais que… que c’était ma première fois et… je sais que tu… Peut-être que tu te serais attendu à mieux je…

Je lève doucement la tête vers lui, posant mes grands yeux sombres dans les siens. Il m’a prouvé par cent manières différentes qu’il m’aimait, mais… j’en ai besoin. Besoin d’être rassurée, besoin de savoir si… si tous ces chamboulements lui plaisent ou pas.


CODE BY AMIANTE


_________________
Mes RP

Mes liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
avatar

I'm on this case
Messages : 365
En service depuis le : 14/12/2013
Localisation : A la Ripper Cave ?
Métier : Secrétaire Juridique / The New Jack the Ripper
Age du perso : 25 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Jeu 5 Juin - 18:33

Je vivais dans un monde presque enchanté en sa compagnie. La première fois depuis des années. Bien des années... On se donnait de nombreux baisers que j'étais le premier à apprécier. La première femme que j'ai embrassé, qui m'a donné et permis de comprendre les sentiments comme la compassion, l'affection, l'impression d'être quelqu'un de normal, d'être important pour quelqu'un...Et aussi de me rendre compte que je pouvais aimer et être aimé en retour, contrairement à ce qu'aurait dit n'importe quel psychologue qui connaîtrait mon passé. Elle avait changé une partie de moi même que je croyais immuable depuis que j'ai l'âge pour m'en rendre compte... Elle me prenait dans ses bras avant de me révéler qu'elle avait peur de ne pas me revoir ou que tout ceci n'était qu'un fantasme, une illusion. Je passais ma main dans ses cheveux avant de les embrasser plusieurs fois. Je rassurais Ashley, qui maintenant était mon Ashley. "Ma Femme !" comme je l'avais moi même hurlé à Fowler quelques instants avant de lui marteler le visage à coups d'extincteur...

- Jamais je ne me serais permis de faire ça, Honey... Encore moins après être resté des jours entiers et à parfois faire des nuits blanches près de toi pour te rassurer.

Elle resta contre moi, ou alors, c'est moi qui restais contre elle de longues minutes à nous enlacer, à nous caresser et à nous échanger de longs baisers. Elle recula un peu frissonante avant de me demander de lui chercher un vêtement. Derechef, je saisis un haut avant de lui tendre. Je m'installais à côté d'elle avant de me remettre à lui caresser sa chevelure. De mon autre main, je saisis le couteau qu'elle avait près d'elle avant que je la rencontre... Je vis alors défiler simultanément mes deux vies. Celle du Ripper, celui qui tue par besoin, par pulsions les criminels de sang que la justice anglaise a laissé en liberté, pour porter dignement mon titre de Chevalier Noir de Londres comme la presse m'appelait parfois d'un côté... Et celle de Jarod, le secrétaire juridique dans un cabinet d'avocats souriant, bien que peu tactile d'ordinaire qui n'était jusque là rien d'autre qu'une couverture pour ma première vie était finalement une vie qui n'était plus si fausse que ça... Je ramenais le couteau dans le lit et l'approchais. Je coupais le gâteau pendant qu'Ashley remuait son thé. Elle brisait le bruit monotone de sa cuillère dans sa tasse avant de me poser les questions qu'elle avait sur le coeur. Elle me regardait avec ses doux yeux de biche... Je m'étais rendu compte que cette nuit était ma nuit. J'avais commis un crime pour elle. Elle était presque comme une transition involontaire entre le Ripper et moi. Je me considérais conquis tout entier... Et complet. Après avoir fini de couper le gâteau que j'avais fait pour elle, je l'embrassais tendrement avant de lui répondre.

- J'ai passé de loin, de très loin la plus belle nuit de ma vie... Ta première fois était aussi la mienne. C'était la première fois que je pouvais éprouver autant de sentiments envers quelqu'un... C'est comme si j'étais né hier soir, contre toi...

Sans plus de cérémonie, je l'embrassais encore et encore, comme si je n'étais jamais satisfait... Je posais la lame qui d'ordinaire était le prolongement de mon corps sur le plateau avant de lui caresser sa joue. Ma langue dansait avec la sienne, je respirais doucement, apaisé par autant de douceur... Elle n'avait pas volé son surnom.

- Goûte moi ce gâteau, Honey, tu m'en diras des nouvelles ! Je l'ai fait pour toi, ça explique pourquoi il est encore tiède et aussi pourquoi j'étais légèrement retardé...

Elle dégustait la pâtisserie avec envie. Elle semblait se délecter de ce gâteau. Merci, feue ma tante. Je souriais au rayon de soleil de ma vie de nuit et de sang avant de l'embrasser à nouveau dans les cheveux. Je me sentais on ne peut plus normal, aujourd'hui. Je passais une douce matinée avec la personne que j'aime, au lit, à prendre un petit déjeuner. Certains rêvent d'être des super héros, rois du monde, légendes vivantes. Moi, j'étais le roi de mon monde. Et Ashley en était la reine...

_________________
I'm FromHell...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm on this case
Messages : 314
En service depuis le : 25/09/2013
Localisation : Chez elle, comme toujours
Métier : Hackeuse internationale / Etudiante en informatique
Age du perso : 19 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Mar 10 Juin - 9:58




I Need, I Want, I Will

Jarod & Ashley
Je suis à deux doigts de couiner comme une ado hystérique, et de me rouler dans mon lit en trépignant de joie. Je suis en train de vivre une putain de scène de comédie romantique, sauf que moi, c’est vrai, et que mon prince à moi est bien réel. Premier point, il a été génial, au lit, avec moi. Deuxième point, il ne s’est pas barré. Ce qui, en soi, est déjà pas mal. Troisième point, il m’a préparé le petit déjeuner au lit, et quatre… il me regarde avec une sorte de fascination qui me fait fondre. Il faut croire qu’au final, après tout ce que j’ai traversé… j’ai droit à mon conte de fées. Même si j’ai dû mourir pour ça.

Un plateau, mon thé préféré, du gâteau fait maison, une rose… J’aurais pu trouver ça cucul la praloche, en temps normal, mais là… Je me jette contre lui, chamboulée par cette nuit magique, la peur qu’il m’ait abandonnée, et le grand jeu qu’il me sort. C’est là, en ayant imaginé une seconde qu’il ait pu partir, que je me rends compte de toute l’importance qu’il a prise dans ma vie. L’avoir avec moi, qui s’occupe de moi, est devenu aussi naturel que respirer, boire ou manger. Mon prince… On s’embrasse longtemps, ses bras autour de moi, moi blottie contre lui, le seul endroit où je ne crains rien. Plus maintenant.

Après m’être habillée, je le vois qui prend le couteau que j’ai toujours contre moi en cas de… besoin, le regarde en souriant et commence à couper un gâteau qui sent divinement bon. Tout ça m’est tombé dessus si vite. Depuis des semaines, des mois, je tentais par tous les moyens de faire taire ce que je ressentais pour lui, de me faire à l’idée qu’il ne me verrait que comme une amie. La pauvre Ashley qu’on vient faire pour accomplir sa bonne action de la semaine, comme on va rendre visite à une tante malade. Et puis hier, son baiser, son aveu, ses mains sur moi, nous deux dans mon lit… et là… Il fait taire mes derniers doutes d’un baiser. J’avoue que c’est un moyen sympa de me faire taire… et a le don de me dire les trucs qui font faire le grand huit à mon pauvre cœur chiffonné. Et puis il m’embrasse. Un long baiser, l’un contre l’autre, mes mains agrippant sa chemise bien repassée – mais… il a eu le temps de se changer ?, ses bras me gardant contre lui. Je crois que je pourrais mourir là, comme ça, que j’en serais heureuse.

Il me parle ensuite de son gâteau, et j’ouvre de grands yeux quand je comprends qu’il est retourné chez lui exprès pour le faire, et pour se changer, avant de revenir. Une perle. La plus parfaite des perles. Je lui accorde un sourire ému, avant d’attaquer le fameux gateau. Et je gémis de plaisir dès que j’en prends une bouchée.

La vache darling. Avec ce truc-là, tu peux me faire faire ce que tu veux ! C’est juste divin ! Mais t’étais pas obligé de te donner tout ce mal tu sais… J’aurais été contente même en ouvrant les yeux et en te voyant la tête enfoncée dans l’oreiller, à dormir comme une souche…

Un gâteau délicieux, un bon thé, mon homme… comme si le destin se décidait à me faire passer un message du genre « Ouais écoute, on t’avais un peu oubliée ces derniers temps. Trop de boulot. Mais on s’est rattrapés. Avec un petit bonus pour l’attente. Bisous, le destin.”
On papote un petit peu, le temps de terminer le petit-déjeuner royal qu’il m’a prepare, et nos lèvres recommencent à se chercher. Je sens que je m’enflamme petit à petit, et je viens me glisser contre lui, lui murmurant à l’oreille.

Tu voudrais pas descendre le plateau ? Ca serait dommage qu’on renverse tout ça…

Je lui souris, hésitant légérement, et me pince un peu les lèvres, avant de me glisser à cheval sur lui, posant mes mains sur ses joues, et recommençant lentement à l’embrasser.


CODE BY AMIANTE


_________________
Mes RP

Mes liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newrouletterusse.blogspot.fr/
avatar

I'm on this case
Messages : 365
En service depuis le : 14/12/2013
Localisation : A la Ripper Cave ?
Métier : Secrétaire Juridique / The New Jack the Ripper
Age du perso : 25 ans
I know you


Relationships:

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   Lun 7 Juil - 9:16

Coup parfait. Ashley était aux anges à goûter le gâteau que je lui avais préparé. Selon elle, je n'avais pas à faire tout ça. Pour moi, c'était le minimum pour être parfait avec elle. Je tenais à ce qu'elle goûte à la perfection. A la perfection dont je peux faire preuve auprès d'une femme qui m'a montré le lever du jour quand ma nuit s'est évanouie. Je ne pouvais pas me résoudre à dormir près d'elle sans rien lui faire. Non. J'avais eu cette bougeotte ponctuée de la petite énergie qu'ont les enfants quand ils vont faire le petit déjeuner à leurs parents pour leur faire plaisir, comme si j'apprenais à aimer et que je voulais la couvrir d'amour. Ashley était là, contre moi, à m'embrasser tendrement, à me donner l'amour le plus pur qu'il ferait jalouser le cristal.

Ma main dans ses cheveux, nos lèvres qui s'enpourpraient, nos langues et nos soupirs brûlants qui se croisaient, c'était quelque chose que jamais je n'aurais espéré. Elle murmurait de sa petite voix de miel une suggestion plus que pertinente. Poser le plateau, le sortir du lit. Certainement pour avoir plus de place... Je m'exécutais, comme si elle était une princesse qui demandait quelque chose. Ma princesse... Elle me surprit à s'installer à califourchon sur moi et à m'embrasser à nouveau. Elle prenait mes lèvres avec une pointe d'innocence qui m'attirait, malgré moi, malgré ce que j'étais. Mais je me rendais à l'évidence... Jarod n'existait plus pour servir de couverture au Ripper. Jarod était bien un être à part entière, vivant d'un amour que jamais il n'aurait pu espérer un jour obtenir et le Ripper allait l'aider à venger sa femme... J'étais un chevalier noir pour Londres, un chevalier blanc pour Ashley. Tout ça, ça m'était égal. Si je lui plaisais, c'était pour moi l'essentiel. J'avais l'impression de ne plus être moi. Mais être ainsi entre ses bras, contre ses lèvres, en soi, au fond, c'était bien plus qu'agréable. Le temps s'était arrêté et j'aurais tout donné pour qu'il ne reprenne pas son cours...

- Honey ? Je t'aime...

On s'embrassait à n'en plus finir, l'un contre l'autre sur le lit, mes mains dans son dos et sur ses cheveux que je caressais avec une tendresse dont je n'imaginais même pas l'existence en moi. Elle changeait l'immuable. Elle faisait du monstre que j'étais un beau héros pour au moins une personne dans tout Londres, et ça, je devais l'avouer, me touchait comme jamais je n'ai été touché de toute ma vie. Mes yeux plongés dans les siens admiraient le spectacle stellaire devant eux. Ces constellations dans les iris étincellaient, comme si cette lumière était la dernière chose qu'il restait dans tout l'univers. Mon univers. Puis j'embrassais ma belle, tendrement avant de l'embrasser fougueusement, presque sauvagement. Je m'accrochais à elle comme un naufragé à sa bouée de sauvetage. C'était elle. Dans la mer de sang et de ténèbres dans laquelle j'étais plongé, elle était la bouée qui enfermait une lumière. Avec elle, je me sentais bien, apaisé. Je me sentais complet grâce à elle. Je ne voulais qu'elle. D'abord celle qui m'a enseigné quelques techniques pour hacker sans me faire prendre, ce qui m'a pas mal aidé au début. Puis une amie avec qui j'aimais beaucoup discuter en passant pour quelqu'un de normal. Puis une amie très chère revenue de l'hôpital après avoir été agressée. Puis celle que je me suis juré de venger... Et enfin celle que j'avais appelé "Ma Femme" à l'oreille de son agresseur qui maintenant, n'est plus qu'un tas de chair et de sang difforme. "Ma Femme" qui m'avait accordé sa première fois, qui ne voulait personne d'autre que moi, alors que je n'était qu'un écorché qui portait en guise de croix des pulsions meurtrières, incapable de ressentir des émotions, obligé de porter un masque pour la protéger de qui j'étais, donc de lui mentir comme je le fais tous les jours lorsqu'il s'agit de celui que je suis pour Londres. J'éprouvais de la culpabilité à lui mentir que ce soit un véritable mensonge ou simplement par omission... Je me promis qu'un jour, je lui avouerai qui je suis. Au risque de la perdre, certes, mais je ne pouvais pas me résoudre à lui cacher pendant toute notre relation, qu'elle dure un an, cinq, ou quatre vingt ans que je suis le criminel le plus recherché d'Angleterre et qu'elle l'apprenne de la police qui vient m'arrêter... Non. Je refusais ça. J'allais lui avouer un jour, de ma propre bouche. Après avoir condamné un à un tous les commanditaires de son agression. J'étais prêt à prendre tous ces risques par amour. Par Amour...

- Je ne trouve même pas de mots pour tout te dire... Mais j'ai le temps de le chercher tant que je suis avec toi.

Sur ces paroles et quelques baisers qu'on s'échangeait à nouveau, à l'intérieur de mon corps, dans mon coeur, dans ma tête, je voyais Londres. Londres bercée par la lumière d'un soleil éclatant dans un ciel bleu azur sans aucun nuage. Hyde Park. Ashley et moi, main dans la main à marcher, puis à nous asseoir sur un banc, comme deux adolescents qui ont leurs premiers rendez-vous ensemble. Cette part d'innocence me manquait pour enfin trouver un peu d'apaisement dans toute l'histoire de ma vie qui n'était qu'orage, nuit et pluie battante...

La nuit avait été merveilleuse et, sans nous concerter, reprenions la suite de cet échange charnel et débordant d'amour. Nos corps fusionnaient, se complétaient, s'aimaient... Pendant de longues minutes, nos échanges étaient divinement bons, chauds, rassurants et agréables... Ma chemise et son haut trop grand se rejoignirent sur le sol de sa chambre, tout comme nos bouches qui se croisaient, nos langues qui dansaient l'une avec l'autre, nos mains brûlantes qui touchaient le corps de l'autre... Le tonnerre, le volcan, tout se déchaînait, tout pour me sentir bien... Elle était mon soleil, mon unique soleil, celle qui me rendait heureux quand le ciel était gris. J'avais besoin d'elle, je la voulais. Elle était la lumière dans mes rêves les plus obscurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I Need, I Want, I Will ft. Jarod (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le champ du bout du monde...~Jarod contre Hades
» Commentaires fiche Kenny Jarod Saint Hades
» Krogans
» Jarod, job : nouveau chef des garçons perdus !
» Carnet de Jarod Green

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives de RPs-