AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La lune et le miel - PV Matthew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

I'm on this case
Messages : 46
En service depuis le : 01/08/2013
Age du perso : 30 ans
I know you

MessageSujet: La lune et le miel - PV Matthew   Ven 16 Mai - 1:33




T'avais peut-être quatorze ans
T'avais encore la tête velue

Parfois on hésite... on a peur}J’avais finalement consenti à envoyer mon fils à la garderie. J’avais bien beau me dire que j’étais capable de tenir ma boutique et de m’occuper de mon fils, il m’avait fallu un peu moins de six semaines pour réaliser que ça ne marchait pas. J’avais un peu oublié à quel point certains des quartiers de Londres étaient occupés. Ma pâtisserie était située à l’intersection de deux rues achalandées. Il y avait toujours des gens qui passaient. Social comme Chad l’était, ce n’était pas une bonne idée. J’avais tout le temps peur qu’il parte avec un inconnu malgré son anglais qui était plus que bancal. Sauf que c’était la première journée ou mon fils était à la garderie et j’étais en train de mourir d’angoisse dans ma boutique.

Un creux. C’était la toute première fois de la journée que ça arrivait. Je me suis lancée sur mon cellulaire. Ils m’auraient sans doute appelé s’il y avait eu un problème avec mon fils… tentais-je de me raisonner en regardant l’absence d’appel sur mon cellulaire. J’aurais aimé que la gardienne m’envoie une petite information. Juste une mini-photo de lui qui s’intégrait bien dans le groupe. J’avais eu à travailler fort pour trouver une garderie prête à prendre en vitesse mon fils sous leur aile et qui avait au moins une éducatrice qui parlait en français – essentielle pour Chad qui était un véritable moulin à parole dans sa langue natale. Exaspérée, je jetais mon cellulaire dans le fond de mon sac à main. Je voulais absolument avoir une nouvelle.

J’essuyais doucement mes mains sur mon tablier et je refilais derrière mon comptoir. Les mains pleines de farine, j’attaquais le pétrissage d’une bonne partie de pain. J’avais beau travaillé avec un acharnement tel, mon esprit était ailleurs. J’aurais dû fermer la boutique pour la journée. Je n’avais pas eu le temps d’aller visiter la garderie autant que je le voulais. Quand j’avais fait le sac à lunch de mon fils, j’avais eu l’impression que j’aurais quand je l’enverrais à la maternelle en septembre. J’étais pour mourir. Je regardais l’horloge. Il y avait encore une quinzaine de minutes avant la rencontre d’un couple qui avait été intéressé par mes gâteaux et qui voulait que je sois en charge du design de leur gâteau de mariage… après eux, il y aurait quelqu’un pour la fête de son enfant. Qu’une heure après et je fermerais la boutique.

Je laissais mon assistante en charge du pain et j’allais parler avec le couple qui venait d’entrer. Je notais des informations sur eux – couleur de la robe, choix des gâteaux, dates du mariage. D’une main d’experte, je dessinais dans le coin de ma feuille un croquis du gâteau auquel je pensais. Ils étaient mignons ensemble et ils devaient avoir plus ou moins l’âge de Matthew. Mon cœur se serra. J’avais envoyé une autre boîte par le biais de mon assistante ce matin. Elle avait été déposée sur son bureau avec une nouvelle fois mon adresse… enfin celle de ma pâtisserie. Ce n’était pas comme si j’étais allée faire un pas vers lui. Mais j’étais honteuse de l’avoir laisser de cette manière. J’avais des excuses à présenter et il me manquait terriblement. Je me retournais vers l’autre couple après avoir promis aux futurs mariés de leur envoyer dans la soirée un croquis du gâteau avec les couleurs que je voulais.

Il y avait à peine cinq minutes entre mes deux rencontres. Assez pour que le monstre de maman poule que j’étais ait le temps de vérifier son téléphone cellulaire pour la quatrième fois. POURQUOI LA GARDERIE NE M’APPELAIT PAS? J’étais une mère horrible. J’étais là à souhaiter que ça n’aille pas bien avec mon fils. Voici ce que je pensais en me glissant dans mon bureau pour me lancer sur les croquis du dessins pour l’anniversaire de la fillette – elle était une grande fan des livres de mon alter-ego qui écrivait des livres pour enfant et les illustrait. J’ai souris en comprenant que j’étais exactement ce qu’ils cherchaient. J’allais les reporter à la porte après avoir eu leur accord sur le design du gâteau. J’allais justement aller tourner la boutique lorsque la porte s’ouvrit pour une énième fois. Je venais d’enlever mon tablier et j’étais sur le bord de fermer la boutique pour y aller mais je figeais en me retournant et en le voyant sur le pas de la porte. Ma voix trembla : « Matthew? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: La lune et le miel - PV Matthew   Dim 1 Juin - 22:33

La boutique de Rose, il n’y passait plus. Il n’y mettait plus les pieds depuis son départ et à vrai dire il n’avait pas de raison précise quoique peut être un peu mais il préférait se dire qu’il n’y avait pas de raison et que c’était juste ainsi, que c’était arrivé du jour au lendemain et qu’il n’y avait pas de raison apparente. A vrai dire il n’aimerait pas qu’on lui demande pourquoi il a cessé de s’y rendre. Pour lui s’y rendre souvent c’était une chose qu’il faisait par le passé, qu’il faisait lorsqu’elle était encore là. A présent c’est son travail et le reste mais plus cette boutique. De plus à quoi bon se rendre dans la boutique, lorsqu’il s’y rendait c’était pour la voir, pour aller la chercher. En plus il ne cesse de recevoir des choses venant de sa part, des choses qu’il pourrait très bien trouver dans cette boutique alors raison de plus pour ne pas y mettre les pieds. Le travail c’est malheureusement une chose dans laquelle Matthew s’est refugié. Des fois on aimerait se dire qu’il est facile de continuer sa vie malgré le départ d’un être aimé, malgré l’absence de quelqu’un a qui on s’est beaucoup attaché. Cependant pour notre cher homme il avait tout remit sur le travail, il se noyait en s’occupant majoritairement de cela. Heureusement que cela n’a pas été l’alcool. Comme quoi ce n’est pas plus mal que ce soit le travail qui ait prit le dessus plutôt qu’autre chose.

Aujourd’hui était une journée sans travail du moins une journée dont il devait profiter pour se reposer. Il passait bien trop de temps au travail, bien trop de temps sur son bureau a tenter de faire le maximum de paperasse et passer le moins de temps chez lui là où les souvenirs sont en masse. Cependant ces journées où il n’est pas au travail, il a vraiment l’impression de ne rien avoir à faire. S’étant renfermé sur son travail il trouve difficilement autre chose à faire malgré tout il est bien obligé de faire quelque chose pour ne pas passer sa vie au lit à ne rien faire. D’ailleurs pour aujourd’hui c’était de la lecture au programme en attendant de trouver autre chose à faire qui lui traverse la tête. Malgré tout il reçu un coup de téléphone de la part d’un collègue qui lui disait de venir car il avait encore reçu un colis sur son bureau. Il hésitait à venir après tout il savait d’où il venait, il savait ce qu’il allait trouvé sur le petit papier qui l’accompagnait. Cependant c’était plus fort que lui et il prit son livre avec lui se rendant sur son lieu de travail.

En débarquant au bureau ce ne fut pas une surprise que de découvrir ce qui se trouvait sur son bureau. Si ce n’était pas chez lui que cela arrivait alors c’était au travail et il regarda tout de même l’étiquette et vit cette fois l’adresse de la boutique de Rose. De retour ? Un rendez-vous ? D’habitude il s’agissait de suivre l’adresse, de se rendre là d’où elle provenait. Dans ce cas il faudrait se rendre à la boutique. Là où il évitait de se rendre depuis quelque temps. Il hésitait et si finalement il s’y rendait pour rien. S’il s’y rendait et qu’au final c’était une déception. Une journée à ne rien faire pour le coup est-ce que la lecture allait tenir toute la journée. Il pourrait sûrement s’occuper avec seulement la lecture mais bon il ne fallait pas abuser, il prit alors la direction de la boutique étant donné qu’il avait l’adresse dessus. Il arrivait dans la rue et il hésitait de plus en plus, quand il arriva devant la boutique, il respira un moment passa finalement le pas de la porte, découvrant Rose qui ôtait son tablier. Il entendit son nom prononcé par Rose et il releva doucement la tête, craignant de croiser son regard.

« Bonjour…finalement de retour… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

I'm on this case
Messages : 46
En service depuis le : 01/08/2013
Age du perso : 30 ans
I know you

MessageSujet: Re: La lune et le miel - PV Matthew   Lun 23 Juin - 18:58




T'avais peut-être quatorze ans
T'avais encore la tête velue

Matthew et moi, c’était une longue histoire. Ça datait du lycée. Ça datait d’avant. Nous avions été sensé exister. À quatorze ans, nous nous étions promis la lune et le miel. J’avais bien beau l’aimer, à dix-huit ans, j’avais eu besoin de m’enfuir le plus loin possible. J’avais l’impression de ne pas appartenir au monde dans lequel j’avais grandi. J’avais eu besoin de voir le mot. Il avait fallu près de douze ans pour que ma folie des grandeurs se calme. Il avait fallu douze ans pour que je réalise que j’avais besoin de me poser. J’avais une boutique à Londres sur Fleet Street – la boutique que mes parents avaient occupés et qui était roulé pendant des années pas un vieil antiquaire. Sauf qu’il était décédé et que la boutique avait été vacante. Et je m’étais mise à m’ennuyer de Londres et particulièrement de Matthew. Des hommes, il en avait eu dans mon lit depuis lui. Mais aucun n’était lui. Même le père de mon fils avait lui aussi été une belle aventure, j’étais revenue à Londres dans l’espoir de tomber sur lui pour m’ouvrir entière à lui. J’avais eu besoin d’aller chercher à nouveau dans ses bras le réconfort que j’avais tant attendu.

Sauf que je n’avais pas eu espoir que c’était pour se produire aussi rapidement que cela. En le voyant sur le pas de la porte de ma boutique, j’avais eu automatiquement envie de courir pour aller me blottir dans ses bras. Envie de tout lui déballer, à quel point il m’avait manqué, à qu’elle point je m’en voulais de l’avoir abandonné à dix-huit ans quand nous avions tous les deux des plans pleins la tête. J’avais été méchante. J’étais sous le choc et ma voix avait tremblé sous la prononciation de son prénom. C’était comme de la musique à mes oreilles. Est-ce que je lui avait manqué? Mon dieu! Faites que je lui avais juste un peu manqué. S’il était venu… c’était qu’il ne m’avait pas oublié. Ça voulait dire qu’il y avait encore un espoir. Un tout petit espoir.

« Bonjour…finalement de retour… », me dit-il. Le détail que je remarquais, c’était qu’il ne supportait pas mon regard. Complètement ébahie. Remplie de cette envie de se coller dans ses bras, je me battais. Je savais en effet que les gens partaient. Je l’avais compris très jeune que peu n’importe les gestes que l’on posait les gens finissaient toujours par partir. Mes parents, beaucoup trop de familles d’accueil… Plein de gens me l’avaient apprises cette leçon. Je le savais. Je le savais trop bien. Je le savais comme on connait l’odeur de la maison dans laquelle on a grandi. Je savais aussi que si les gens revenaient – et rare étaient les gens qui revenaient vraiment à la maison après une telle absence, tout avait nécessairement changé. Je me surprenais à chercher aux quatre coins de Londres, des boutiques qui avaient marqués mon adolescence et mon enfance. Si la ville avait changé, je ne pouvais pas m’attendre à ce qu’il n’aille pas changer. J’avais moi-même changé beaucoup. L’adolescente qui avait des problèmes de confiance avait fini par se stabiliser assez pour avoir une famille à elle – au moins un gamin. Nerveusement, j’essuyais mes mains sur mon jean. Il avait grandi. Mais il avait encore l’air doux d’un gamin sous son regard fuyant comme un savon. Je me rapprochais de lui et d’une voix soulagée de le voir, j’articulais : « Enfin de retour à la maison en effet! ». J’avais tellement envie de courir le prendre dans mes bras. Mais je savais que des excuses seraient à donner. Je savais que je devrais nécessairement m’expliquer sur tout ce qui s’était passé au courant de ses dernières années. Au diable l’idée d’aller chercher mon fils à la garderie – ça pourrait encore attendre une heure. Juste le temps de lui présenter la situation. J’avais l’impression de redevenir cette gamine maladroite avec les mots et les relations interpersonnels – celle-là même qui avait fui devant l’engagement d’aller simplement à la même université. Je cherchais par où commencer. Et Les premiers mots qui sortirent par la suite furent : « Je… je suis désolée Matthew… j’ai… » peut-être que le bon mot s’était merdé. Il n’avait eu qu’un vaste portrait de ses dernières années pour moi. Il avait eu des boites à aller chercher au poste de la Royal Mail le plus proche de chez lui ou de son bureau. Des tas de boites qui contenaient des trouvailles faites aux quatre coins du monde. Des tas de poussières d’ailleurs. Une preuve que j’étais encore vivante – une fois de temps en temps. Jamais avec trop d’espacement. Et jamais de photo pour lui dire ce à quoi j’aurais l’air. J’ai fini par souffler d’une voix blanche. « J’ai tellement à te raconter! » Mais les questions que j’avais à lui poser se bousculaient dans ma tête. Je voulais surtout savoir ce qui s’était passé dans sa vie. Est-ce qu’il avait trouvé quelqu’un d’autre? Est-ce qu’il était marié? Comment avait été l’université? Est-ce qu’il se plaisait au Yard? Est-ce qu’il était heureux. Pas nécessairement de me voir… juste heureux. Est-ce que je l’avais brisé. Je repoussais une longue mèche et comme gênée par l’action, je murmurais un blanc : « Mais je veux savoir ce que tu deviens… j’étais plus capable d’endurer le silence de mon côté. »

[hj: je m'excuse de ces 24 longues journées d'attente. Je suis de retour et sincèrement désolée!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: La lune et le miel - PV Matthew   Jeu 10 Juil - 13:03

Fuir le regard de quelqu’un peut signifier tellement de choses. On peut fuir le regard d’une personne tut simplement par honte, quand on fait quelque chose et la honte peut être tellement grande que l’on sait que l’on ne mérite pas le regard de la personne à côté de qui on se trouve. On peut fuir le regard de quelqu’un parce que la personne en question rappelle de mauvais souvenirs. Tout bêtement parce que l’on ne sait pas si on va réussir à supporter ce regard. Autant les paquets qu’il recevait à la maison ou au bureau c’était autre chose, une possibilité de savoir où elle se trouvait. Mais là les choses sont différentes car elle est de retour, elle est revenu au bercail. Et surtout elle se trouve face à lui. Généralement quand quelqu’un débarque alors qu’on le l’a pas vu depuis un bon bout de temps, on s’empresse de le prendre dans ses bras, de l’enlacer mais également de demander de ces nouvelles, savoir ce que la personne a à nous raconter. Matthew aurait bien aimé que les choses puissent se passer ainsi. A vrai dire cela aurait été plus facile pour nos deux personnes. Il voudrait parvenir à la regarder et lui demander par automatisme de ses nouvelles.

Finalement c’est elle qui entreprend de le faire enfin c’est elle qui prend la parole. C’es Rose qui devance Matthew pour lui parler. Oui mais pour dire quoi ? Des excuses, enfin elle lui dit surtout qu’elle est désolée. Il entend bien mais est-ce que cela peut changer grandement les choses. Elle entame également un semblant de propos cependant elle ne l’achève pas. Cela a un côté assez intriguant pour Matthew qui aimerait bien savoir ce qu’elle va lui dire pour se justifier, pour s’excuser. Un peu de temps se passe avant que finalement elle change de sujet pour lui dire qu’elle a beaucoup de choses à lui raconter, des tas de choses dont elle désire lui faire part. Il est prêt à l’écouter parler si c’est pour ça qu’il est présent. Après tout ce serait bête qu’il soit venu jusqu’ici pour rien. Elle voulait lui dire de multiples choses et pourtant elle lui demande ce qu’il devient. Il faudrait savoir. Prendre des nouvelles ou en donner ce n’est pas la même chose.

« Rien, je suis à Scotland Yard. Je n’ai pas évolué énormément. J’ai juste fait ce que je voulais de ma vie. Un peu comme toi à vrai dire. »

Oui, il avait fait comme elle. De son côté elle voulait partir découvrir le monde et finalement c’est ce qu’elle avait fait. Elle ne s’était pas privé de le faire et lui en son absence en avait fait de même en poursuivant son idée de vouloir faire ses études et puis finalement il avait réussit puisqu’il avait un métier stable même si de son côté il n’était pas prêt de voyager enfin bon cela n’a pas l’air de le déranger depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: La lune et le miel - PV Matthew   

Revenir en haut Aller en bas
 

La lune et le miel - PV Matthew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lune de Miel
» Alvéole De Lily-Miel...
» MAIGRET DE CANARD AUX POMMES ET MIEL
» Les taches de la lune
» Madeleines au miel de lavande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives de RPs-