AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Ven 15 Nov - 19:51

Le dossier reposait là, sur son bureau. La pile de feuilles serrées dans le dossier cartonnée semblait le narguer de toute sa hauteur, juché sur une montagne vertigineuse d'autres pochettes toutes aussi volumineuses, voire plus encore. Ce n'est que grâce à Anthéa que sa tour personnelle de Pise ne s'écroule pas.

Le téléphone sonne sans que Mycroft esquisse un geste pour le décrocher. Ce n'est qu'à la dernière tonalité qu'il s'en empare d'un mouvement du poignet mainte fois répété relevant du réflexe.

« Mycroft Holmes à l'appareil, j'écoute. »

Le ton professionnel du trentenaire, sa froideur n'impressionne pas son interlocuteur qui, d'un timbre lent et caverneux, l'informe des dernières avancées.

« Un entretient s'impose, donc. »

Il hoche sèchement la tête en réaction à la réponse d'un invisible invité avant de reposer le combiné sur son socle.

Il se masse les tempes, se demandant pour la énième fois de la journée s'il ne serait pas un peu masochiste dans sa tête pour accepter un tel travail. Puis, comme à chaque fois, il hausse des épaules. Il serait incapable de vivre sans cette pression constante sur son dos. Il sait que, comme Sherlock, il a besoin de sa dose d'adrénaline pour ne pas sombrer dans la folie. Le revers de la médaille, la compensation de son cerveau aux capacités surhumaines.

Ses doigts courent à toute vitesse sur son smartphone, tapotant un sms à sa secrétaire particulière. Le contenu en est simple, enfantin : trouver Aedis Darrek et la ramener à son bureau. Par tous les moyens possibles et imaginables.

Sa tâche accomplie, le politicien soupire longuement. Regardant l'heure à sa montre, il jette un coup d'oeil à travers les lourds rideaux. Le paysage de Londres se dévoile à lui, couvert de nuages aux teintes violettes. Déjà la nuit s'empare de la capitale, tout comme le froid. Il faudrait qu'il demande au personnel d'allumer le chauffage, à présent. Le froid, très peu pour la fragile santé qu'il se coltine.

Il se lève en s'étirant, profitant du fait qu'il soit seul pour se laisser un peu aller. Il craque ses jointures tandis qu'un maigre sourire de satisfaction se peint sur ses lèvres. Quel bonheur de faire comme à la maison ! Enfin, comme dans sa chambre d'hôtel à 1000 livres la nuit.

Un dernier coup d'oeil à son bureau et il ferme à double tour la porte d'entrée avant de se diriger vers son lieu de rendez-vous : sa voiture. Il sait que sa « commande » s'y trouve déjà : un femme blonde aux yeux d'un gris anthracite, une charmante bibliothécaire, sûrement pas ravie pour un sou d'avoir été kidnappée pour satisfaire son égo surdimensionné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Lun 18 Nov - 17:36


    Aedis frissonne, s'emmitoufle dans son manteau noir et presse le pas. La nuit tombe sur Londres, comme partout ailleurs en Angleterre, et la jeune femme craint que la goutte qui lui pend de temps à autres au nez ne se transforme en rhume. Et il n'y a rien de pire que le rhume ; rien que la simple mention du fait d'éternuer dans un livre fait frissonner la bibliothécaire, dont l'esprit fertile ne peut s'empêcher de mettre en scène cette idée. Beurk, trois fois beurk. Vivement qu'elle parvienne à son petit appartement, qu'elle s'enfonce dans ses couvertures avec un bon bol de soupe à la tomate... Ou mieux. Du thé. Du bon thé Anglais, chaud, avec scones et un peu de crème. En souriant, la jeune femme se mit à repenser à son service ; elle ne regrettait que rarement sa décision d'être partie -même aussi tôt-, et aujourd'hui était de ces journées qui la faisaient tout de même rêver au soleil, à la chaleur et au sable... Le contexte passait un peu à la trappe.
    Si elle avait su que le contexte en question viendrait lui sauter au visage dans peu de temps, elle aurait sans doute blêmi et se serait mise à courir. Pour l'heure, elle soufflait simplement sur le bout de ses doigts glacés, vaguement bleuis, alors que son visage prenait une teinte légèrement rouge. Le froid semblait déterminé à s'installer sur la capitale, et bientôt les propriétaires de voitures seraient obligés de sortir un peu plus tôt de leur doux foyer pour gratter les restes des gelées sur les vitre. Une période qu'Aedis trouvait sublime, car elle augurait l'arrivée de la neige, des fêtes de fin d'année et de réjouissances en tout genre. Peut-être remonterait-elle dans les Highlands cette année ? Revoir sa mère lui ferait du bien.
    Un bruit de klaxon la fit sortir de ses rêveries. Une voiture, noire, dont elle ne parvint pas à déterminer la marque à cause de la nuit tombante, roulait à son niveau, lentement. Surprise, pensant à un touriste -plutôt riche, elle parvenait tout de même à voir que la voiture n'était pas sortie de la cambrousse-, elle s'approcha de la portière avant. Comme pour la détromper, c'est la vitre arrière qui descendit, sans un bruit. Se mettant à la hauteur du visage, elle s'arrêta, en même temps que le véhicule. Une voix de femme prononça son nom, et avant qu'Aedis n'ait même le temps d'être surprise, la portière s'ouvrit, rapidement, et une main empoigna son bras. La bibliothécaire eut un cri de surprise, et tenta de se débattre. Peine perdue : la poigne était trop forte pour elle. Entraînée dans la voiture, elle entendit la portière claquer, la sécurité être enclenchée, et surtout une épaisse main se poser sur sa bouche. La voix de femme, venant de l'avant, se fit entendre, alors que la blondinette se débattait toujours :



      - Allons, calmez-vous, nous n'allons pas vous faire de mal.

    La bibliothécaire prit un air outré. Par lui faire de mal ? Elle venait d'être enlevée ! Elle se calma toutefois, consciente que s'épuiser n'allait mener à rien. Il lui fallait réfléchir. Déjà, les raisons de tout ceci ? On n'est pas attrapé par un gorille en costard pour rien, tout de même ? Qu'avait-elle fait ces derniers temps qui auraient pu lui valoir ceci ? Rien, elle s'en doutait ; elle n'avait pas de famille (ou à peine, et même pas à Londres), peu d'amis, une vie plan-plan voire ennuyeuse... Non, elle ne voyait rien. L'idée que ce soit son service qui intéresse son ravisseur ne lui vint même pas à l'esprit.
    La voiture ralentit, puis s'arrêta totalement. Elle ne savait même pas où elle était, et se sentait stupide, apeurée, et sacrément en danger. Le singe, s'il tenait toujours fermement son bras, avait relâché l'étreinte de sa bouche : elle n'essayait même pas de crier, personne n'entendrait rien de l'extérieur. Puis... La porte s'ouvrit, et quelqu'un s'installa à son tour dans la voiture. Yeux écarquillés, visiblement éberluée, la jeune femme ouvrit enfin la bouche pour dire quelque chose de sensé. Enfin, "sensé", c'est relatif :



      - Vous ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Ven 28 Fév - 13:05

Mycroft pénètre dans la voiture, accueilli par le petit cri surpris de la demoiselle. Il sourit, imperceptiblement. Tellement prévisible.

« Comment allez-vous, miss Darrek ? »

Sans se départir de sa curieuse grimace -mi sourire, mi masque figé- , le trentenaire s’assoit à côté de la blonde, faisant délicieusement grincer le vieux cuir beige clair de la banquette. Malgré son salaire plus que suffisant et les allures de Rolls Royce de sa voiture, l’homme d’Etat n’avait jamais senti le besoin de changer sa toute première voiture, une Aston Martin, certes, payée de sa propre poche par sa toute première paye en tant qu’espion du MI6. Sentimental, parfois, le bonhomme…

Reportant son attention sur sa compagne, le sourire de Mycroft se fait plus large lorsqu’il aperçoit une petite veine battre furieusement contre la tempe de la bibliothécaire. Peu de gens aiment se faire capturer par des inconnus rencontrés quelques jours plus tôt sur un banc d’un jardin public. Aedis Darrek faisait parti de cette catégorie de personnes.

« Vous prendriez peut-être une tasse de thé ? »

Il n’attend pas sa réponse. Leur véritable lieu de discussion a été préparé longtemps à l’avance. Et étonnement, ce n’est pas dans un hangar désaffecté. Ni au Diogene’s Club, dont l’entrée ne peut être franchie par des pas impurs.

Les aiguilles trottinent sur la montre du gentleman sans qu’il fasse quoique ce soit afin de briser le silence s’étant installé tout doucement. Il laisse filer les minutes pourtant si précieuses dans d’autres circonstances, préférant se reposer un brin. Il est las, Mycroft, de cette course prométhéenne contre le Temps. Il aimerait retourner à sa maison de campagne, dans le Sussex, prendre l’air frais et jouir d’une vue imprenable sur la verdure. Les arbres. Les oiseaux. Le ciel d’un bleu limpide. Pas celui grisâtre de Londres, non. Ni le fog quasi permanent de la cité.

Pourtant, il sait. Il sait qu’il ne pourra jamais se passer de l’adrénaline courant dans ses veines dès qu’un dossier atterrit sur sa table de travail. Il ne pourra jamais se passer de ce sentiment grisant d’être nécessaire. Vital, même, aux Londoniens. Veiller sur toute une population. Non pas que Mycroft se prenne pour le père de la nation, mais peu s’en faut. Du moins, sa position flatte-t-elle exactement comme il le faut son ego tout aussi surdimensionné que celui de son cher frère.

« Dites-moi, avez-vous passé une bonne journée de travail ? Oh, et je ne crois pas m’être correctement présenté. Mycroft Holmes, chargé d’enquête au sujet de la mort du colonel Rews. Je crois que vous le connaissiez, non ? »

Inopinément, il fait glisser une pochette de photos sur les genoux de la jeune femme, prenant grand soin de ne pas frôler un millimètre de ses vêtements.

Et il guette, le félin, caché derrière de grandes herbes faites d’un faux air impassible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Lun 10 Mar - 8:38

Lèvres pincées, Aedis observa l'homme entrer dans la voiture. Elle était contrariée, mais étonnamment moins effrayée qu'auparavant ; la présence de cet inconnu pas si inconnu la rassurait -elle connaissait son nom, tout de même-, même si elle l'impressionnait aussi. Si elle avait été "enlevée" ainsi, c'est qu'il en avait la possibilité... Est-ce qu'elle s'était rendue compte quand elle l'avait rencontré la première fois qu'il avait un tel pouvoir ? La demoiselle aurait aimé gronder, grogner, taper, hurler et s'en aller. Elle avait le sentiment d'être impuissante, que tout pouvait arriver autour d'elle sans qu'elle puisse rien y faire. Et là, au contraire, elle se retrouva à répondre d'une voix faible à la question de monsieur Holmes :

    - ... Bi... Bien...

Elle aurait volontiers frapper sa paume contre son front quand elle s'entendit parler. Stupide bibliothécaire que voilà ! Elle eut un haut le coeur, et tourna rapidement le visage vers l'avant du véhicule, yeux mi-clos. Regardant dans la vague, essayant en fait de fixer le cuir pâle recouvrant les sièges, pour y déceler elle ne savait quel défaut sur lequel figer son esprit, elle fut rapidement déçue. Cherchant quelque chose sur lequel se focaliser, elle entendit à peine la question suivante. Elle la fait néanmoins sursauter, et elle son visage, sans qu'elle ne le veuille vraiment, fixe à nouveau le trentenaire, cette fois-ci avec fureur. Croisant les bras sur sa poitrine, elle se cale contre le cuir de la banquette et regarde fixement devant elle ; c'était ça ou mordre. Une tasse de thé ? Ou pourquoi pas un massage tant qu'il y était ? Pour quelqu'un capable de rapt, c'était un comble.
Un long silence s'installa, finalement rompu par Mycroft, qui semblait commencer à parler sur le ton de la discussion. Simple façade, car il exposa rapidement ce qui l'amenait à vouloir capter l'attention d'Aedis à ce point. Une pochette remplie de photos glisse sur les genoux de la demoiselle, qui d'une main tremblante l'attrape et l'ouvre. Fébrile, elle ne répond pas tout de suite à la question de Mycroft ; les clichés sont bien plus intéressants... Néanmoins calmée après cette approche bien plus intéressante qu'une tasse de thé, Aedis se tourne doucement vers le "chargé d'enquête". Elle ne prend ni la peine de répondre à sa question sur sa journée -sans doute rhétorique- ni à commenter sa présentation : après tout, elle connaissait déjà son nom auparavant, et quant à sa fonction, c'était de toute façon le vif du sujet.


    - Oui... Nous avons travaillé ensemble, il y a quelques années déjà... Que lui est-il arrivé ?

Elle eut soudainement un pincement au coeur en voyant Rews sur les photos, en se disant qu'il était mort, et que tout était fini pour lui. Officiellement, elle ne le connaissait pas plus que ça. Quelques missions en collaboration, quelques mots et ordres échangés au sein de l'armée. Malgré leur métier, c'était difficile de s'imaginer autrement qu'éternel. Une boule apparue dans la gorge d'Aedis, qui baissa les yeux et crispa légèrement ses poings, avant de répondre d'une voix pâle :

    - Il était toujours en service, n'est-ce pas ? C'est arrivé sur le terrain ? Elle secoua rapidement la tête et se répondit à elle-même : Non, du moins, pas de manière conventionnelle, sinon je ne serais pas là...

Elle avait envie de lui demander pourquoi cette méthode quelque peu violente, mais les mots ne franchirent pas sa gorge. C'était devenu... Secondaire. Elle soupira, effleurant les photos du doigt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Lun 10 Mar - 16:58


Les lèvres pincées de la demoiselle montrent son état mental. Une rage intense semble l’habiter que Mycroft ne se sent pas de calmer. Du moins, pas immédiatement. Il sait que les soldats réfléchissent mieux lorsqu’ils ont le sang chaud et la tête froide. La réponse de la blonde le laisse cependant sur sa faim. Le petit « bien » qu’elle lance ne le satisfait pas. Il avait pensé qu’elle ferait preuve de plus de fermeté.

Sa réaction par rapport au set de photos est bien plus prometteuse. Son cœur se serre sans nul doute dans sa poitrine. Son regard indique qu’elle pense qu’il est mort. Elle imagine comment, dans quelle souffrance cet homme, ce soldat qu’elle a personnellement connu, a-t-il pu vivre ses derniers instants. Il ne répond pas tout de suite à sa question, prenant le temps de formuler les phrases pertinentes. Mais tout de même, dans ce genre de cas, il n’arrivera jamais à s’y faire.

« Si, il est bel et bien mort sur le terrain. Mais entre les murs de la base qui l’abritait. »

Un meurtre perpétré au sein même d’une base signifiait une faille dans le système de sécurité. Problème : les caméras de surveillance montraient le colonel se pendre lui-même. Second problème : après analyse, les services du MI6 avaient découvert que la vidéo avait été trafiquée. Mais c’est tout ce que Mycroft avait réussi à découvrir.

Des amis, de la famille, un animal de compagnie…Rien, absolument rien sur cet homme n’était connu. Toutes les informations étaient fausses, toutes les pistes, caduc. Un véritable fantôme, comme fait de brume et de mensonge. Autrement dit, un agent double au service de quelques pays ou organisations terroristes.

« Que savez-vous sur le colonel Rews, mademoiselle Darek ? »

Parce que lui ne savait pas où chercher si les espérances qu’il plaçait en la jeune femme ne donnaient rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Jeu 13 Mar - 23:23

Surprise de la demoiselle quand Mycroft dénéga ce qu'elle pensait pourtant sûr : il était pourtant bien mort sur le terrain, comme n'importe quel soldat qui se respectait. Aedis grimaça, se demandant alors ce qui clochait dans cette histoire. Ce n'était pas comme si elle était exceptionnelle... Elle avait passé trop peu d'années dans l'armée pour réellement s'élever ; et en aurait-elle de toute façon eut envie ? Le terrain était ce qui l'avait toujours passionné, et au fil du temps, se rapprocher des bureaux l'aurait démotivé. L'ex-militaire leva l'espace d'un instant les yeux au ciel : quand elle voyait sa vie actuelle, ces pensées devenaient presque risibles. Bah, elle avait fait ses choix, même si l'adrénaline lui manquait. La chose la pire qui puisse lui arriver pour l'heure était plutôt d'avoir affaire à un lecteur qui rendrait ses livres abîmés ou en retard. Rien de bien folichon.
Replongeant son regard dans les photographies, Aedis réfléchit à la question de Mycroft. Que savait-elle sur lui ? Il fallait qu'elle se remémore leurs conversations, car de l'eau avait coulé sous les ponts, d'autant plus que les hommes rencontrés là-bas étaient plus nombreux. De plus, secouée par l'annonce de la mort du colonel, elle n'était pas certaine d'être tout à fait objective. Inspirant profondément, elle ferma les yeux quelques secondes et répliqua :


    - Il parlait très peu de lui, et était très distant. J'ai néanmoins pu parler avec lui... Je pense qu'il n'était pas d'origine anglaise, malgré son patronyme : il gardait la plupart du temps un accent impeccable, mais dans quelques situations ressortait parfois un accent étranger. Elle haussa les épaules : de quoi devait-elle parler ? Que savait-elle de lui, c'était une question vague qui permettait tellement de réponses... Il portait une alliance, était donc marié... Mais sans doute sans enfants.

Du moins, elle en doutait, il n'en parlait jamais, avait même des mots sombres à l'encontre de la race des êtres de moins de treize ans et surtout ne montrait pas leur portrait à tous les nouveaux arrivants.

    - Un gars pas tout à fait apprécié, il était trop secret et renfermé tout ça. Silence de quelques secondes : Ah ! J'ai eu vent de rumeurs qui disaient qu'il s'éclipsait souvent la nuit...

Quelques plaisantais l'avaient surnommé pendant peu de temps "pisseuse", mais ça n'était pas resté...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Lun 17 Mar - 13:41

Mycroft pourrait presque entendre les rouages de sa mémoire grincer alors qu’elle tente de se remémorer les quelques souvenirs si essentiels à l’avancée de l’enquête. Mycroft pourrait louer les efforts visibles de la jeune femme afin de garder son calme. L’annonce de la mort d’un être connu remue toujours les tripes, peu importe comment on s’y prenait. Mais il ne se sentait pas de lui tapoter gentiment le dos, ni d’entreprendre le moindre contact physique avec elle. Il n’avait jamais été doué pour ce genre de chose et ne le sera sans doute jamais. Autant lui demander de se couper le bras plutôt que de le passer autour de quelqu’un dans le but de le réconforter. Sherlock était plus doué que lui-même, pour dire…

Les informations données goutte à goutte ne font que l’irriter davantage. Si peu et tant à la fois… Origine anglaise, accent étranger, marié, sans enfant... Au moins est-ce une base sur laquelle Mycroft pourrait mener deux ou trois enquêtes, soit mieux que rien.

L’homme du gouvernement a l’impression de perdre son temps. Il aimerait ne pas avoir à traiter ce genre de cas. Les espions, Dieu qu’il les détestait ! Et pourtant il était le premier à reconnaître leur nécessité.

« Je vous remercie de votre coopération, miss Darrek. »

Il aurait plutôt envie de hurler son impuissance. Mais la colère froide est bien plus impressionnante qu’autre chose. Un silence s’installe tandis que la voiture trace son bonhomme de chemin à travers ses comparses. Léonine, elle se meut sans heurt et s’arrête de même, déposant ses passagers au pied d’un petit café discret.

Mycroft n’est pas homme à dépenser inutilement son argent dans de luxueux hôtel. Mais plutôt dans de charmants salons de thé si british, à la décoration certes vieillotte mais apportant un certain réconfort, comme un enfant rentrant le week-end chez ses grands-parents au cottage familial. Qui aurait cru qu’un homme tel que lui aime ce genre d’ambiance ? Aedis, peut-être ?

« Après vous. »

Il lui tient la porte tandis que la mélodie des lieux se fait entendre : doux papotages, clapotage du thé, tapotement de petite cuillère contre les tasses.

Il espère que cet endroit sera charmé la bibliothécaire comme lui le fut. Un coup d’œil sur la petite étagère remplie de livres le rassure sur ce point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Sam 22 Mar - 8:20

Le regard froid de Mycroft n'arrive pas à faire savoir à Aedis si au final, il est satisfait ou non. Sa phrase, elle, l'aiguille dans un sens qui ne lui convient guère : ses révélations n'étaient pas suffisantes pour qu'elles soient réellement utile. Yeux baissés et poings fermés, la demoiselle pince ses lèvres, qui blanchissent. Tout ça ne rimait à rien. Sa coopération ? Trois phrases que quasiment tous les hommes auraient pu prononcer. Un mince sourire naquit sur les lèvres de la bibliothécaire : eux étaient encore en service... Pas elle.
L'ange qui s'était approché de la voiture ne semble pas la quitter. La boule dans le ventre d'Aedis semble aller de pair avec ce silence presque oppressant, et les larmes qui menacent de perler aux coins de ses yeux se font plus pressantes maintenant qu'elle n'a plus à réfléchir ou à parler. Juste penser n'est pas bon pour la retenue, et elle tente de se forcer à imaginer les journées suivantes. Son travail, ses livres, ses collègues. Peut-être une ou deux nouvelles rencontres intéressantes, des lecteurs attentifs aux goûts légèrement divergents, et avec qui il lui sera capable d'avoir une conversation. Cette idée la calme, et elle parvient à remarquer que la voiture s'est arrêtée.
Sortant de la voiture en esquissant un pâle sourire à Mycroft qui lui tient la porte -fort galant, elle observe les environs. Elle n'a aucune idée de l'endroit où elle peut bien être : elle n'a pas fait attention au nom des rues, et de toute façon, absorbée comme elle l'était par les photos, elle n'aurait pas pu voir grand chose. Néanmoins, où que ce soit... Eh bien, ça n'a pas grande importance. C'étatit un café qui aurait très bien pu obtenir la critique "tout à fait british" dans n'importe quel guide touristique. Loin de la nouvelle mode londonienne du tout moderne, les lieux étaient agrémentés avec du charme et la pointe de kitsch nécessaire pour rendre n'importe quel Breton nostalgique. Et, quand on a grandit dans les Highlands écossais, perdu dans des collines vertes mais solitaire, ce genre de lieu ne peut que faire écho à son passé. Le sourire d'Aedis s'accentua, et elle remercia Mycroft d'un signe de tête. Le jaugeant du coin de l'oeil, elle sourit en l'imaginant venir seul ici.
Le laissant les guider dans le café qu'il connaissait apparemment plutôt bien, elle resta silencieuse encore quelques minutes, avant de poser les questions qui lui brûlaient les lèvres. Tant pis si c'était à elle qu'il était censé poser les questions, et qu'elle osait inverser les rôles :


    - Je ne suis pas certaine que vous ayez le droit de répondre à mes questions, mais... Que c'est-il passé exactement ? Et... Elle hésita, moins sûre de vouloir connaître la réponse à cette question, et finit par se jeter à l'eau en un soupir : Pourquoi cette méthode ?

Laissant promener ses yeux sur la décoration des lieux, elle se laissa porter par les odeurs, les bruits, et tout l'aménagement visuel qui allait avec l'ambiance fort sympathique des lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Mar 1 Avr - 9:45

Ce n’était pas tous les jours que Mycroft pouvait faire sourire les gens par de petites attentions telle que les emmener dans de sympathiques salons de thé. Il sait que l’ambiance agit sur la jeune écossaise de naissance et qu’elle se retrouve, elle et ses racines, dans les tartans et autres vieilleries démodées mais non moins dénuées de charme. Il répond à son remerciement muet par un autre signe de tête, un petit sourire vrai celui-là et si rare sur ses lèvres minces.

Ce n’est qu’après avoir tiré une chaise à son intention qu’il s’installe lui-même, le dos droit et la posture quelque peu guindée. Son parapluie repose fidèlement sur l’appui coude, la pointe en métal dirigée vers le sol. Mycroft se laisse happé par le calme et la sérénité des lieux, se décrispant légèrement. Les lieux comme ce petit salon de thé avaient cette magie au fond d’eux d’arriver à le mettre à l’aise. Il était donc un client plutôt assidu et, de ce fait, remarque qu’une serveuse manque à l’appel. Si elle s’entêtait à porter ces chemisiers bien trop décolletés, nul doute qu’elle finirait par attraper un rhume. Son état de vieille fille certifiée par le maquillage trop voyant qu’elle portait continuellement et sa recherche d’attention de la part des clients mâles étaient autant de preuves de son statut de célibataire. Les habits serrés, trop même, et qui la boudinaient plus qu’autre chose marquaient qu’elle faisait des efforts effroyables pour cacher son âge et sa véritable masse corporelle. Une femme dans la quarantaine, peu sûre d’elle et mal à l’aise mais poussée par sa mère à trouver le bonheur non pas par un épanouissement personnel mais par un mariage qui, de toute façon, ne serait qu’un échec de plus dans sa vie. Il la plaignait, la pauvre. Vraiment. Si elle ne prenait pas un malin plaisir à le coller de trop près, nul doute qu’il irait jusqu’à éprouver autre chose que de la pitié à son égard. Mais le fait était qu’elle s’approchait bien trop près de lui à chacune de ses visites, même s’il se mettait aussi loin d’elle que possible. Un véritable pot de colle avec radar intégré, s’il vous plaît. Malheureusement, ce modèle de femme-là était plutôt prépondérant parmi la génération de Mycroft.

La voix de Aedis retentit de nouveau, soufflant la satisfaction de ne pas l’avoir dans ses pattes, au moins cette fois-ci. Il a envie de soupirer mais se retient.

« Malheureusement, je ne puis rien vous dire que ce qui n’a déjà été énoncé. A peine puis-je vous confier que son corps a été rapatrié et rendu à sa famille, comme notre devoir nous l’y oblige. »

Il plante son regard dans celui de la jeune femme, se sentant désolé de ne pas pouvoir en révéler davantage. Il aimerait, mais aurait-il au moins fallu qu’il soit lui-même doté de plus amples informations. Ce qui est loin d’être le cas.

« Sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas, étiez-vous proche de lui ? Avez-vous gardé le contact avec vos anciens coéquipiers ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Mer 2 Avr - 8:12

Évidemment, les réponses données ne conviennent guère à Aedis, qui ne peut que prendre son mal en patience. Elle comprend que ne veuille lui dire plus, son statut n'étant pas des plus importants. Et en même temps, si justement on venait la voir, elle, c'était sans doute que les informations disponibles étaient minimes, et que même avec de la volonté... Il ne pouvait peut-être pas lui en dire plus. Bah, c'était des considérations trop profondes, il valait mieux penser à autre chose.
Mycroft lui en donna une occasion, posant d'autres questions sur la relation que pouvait avoir Aedis avec feu son collègue, et les autres militaires même. Soupir de la demoiselle, qui baisse les yeux :


    - Femme dans un tel domaine, ce n'est pas toujours évident. On veut nous faire croire que l'égalité est en marche, que tout va bien, mais... C'est loin d'être le cas... Même si j'ai eu de la chance. Pour Rews. Elle rosit, et continua : Proche, oui, mais de manière épisodique. Nous n'avons pas communiqué, ou échangé des paroles, mais... Disons que sa femme était loin.

L'autre question avait une réponse plus simple :

    - Malheureusement, je n'ai pas vraiment gardé de contact. Quelques lettres, par-ci par-là, mais j'ai fait preuve de lâcheté en partant aussi tôt. Ceux que j'aimerais revoir, je les ai perdu de vue bien avant de revenir ici.

Celui qui l'avait remise sur pieds, par exemple...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Mer 9 Avr - 16:09

Le rosissement de ses joues ne trompe pas Mycroft qui sent ici une occasion en or. A ce qu’il peut en juger la femme en face de lui ne lui a pas tout dévoiler de sa relation apparemment privilégiée avec le soldat Rews. Pourquoi est-ce que Mycroft n’a pas tout de suite fait le rapprochement entre le physique de la femme du mort et celui des plus ressemblant de miss Darrek ?

« You’re getting slow, Mycroft. »

Il aurait envie d’étrangler le cou si frêle de Sherlock puis de se donner une bonne paire de gifles. Oui, ses capacités n’étaient pas à leur beau fixe aujourd’hui. Sans doute un excès de sucre. Ce qui, réflexion faite, empêche l’homme d’Etat de rajouter un carré blanc en plus dans sa tasse remplie de Earl Grey. Ici, une tasse était toujours offerte par la maison, raison pour laquelle le Holmes adorait, voire vénérait si on poussait un peu le bouchon, cet endroit si atypique.

« Désolé de vous avoir fait attendre. Qu’est-ce vous désirez prendre ? »

Mycroft se tourne vers Aedis et attend qu’elle ait pris la parole avant de choisir un verre de jus d’orange. Il espère que la vitamine C et la fraîcheur de la boisson le rendront moins mou sans trop y croire.

« Il est vrai que l’éloignement des soldats de leur famille peut peser bien lourd sur leur moral. Je ne peux qu’imaginer ce que cela peut représenter. »

Il ment, bien sûr, étant pour sa part parfaitement heureux sans ses parents ou son insupportable de frère dans ses pattes. De toute façon, Sherlock a désormais John pour veiller sur lui. Le médecin à la formation militaire et qui prenait mieux soin de lui en trois ans que Mycroft avait pu le faire en trente années et des poussières. Il y avait de quoi déprimer.

« Le soldat Rews parlait souvent de sa famille et de ses amis en public ? Ou bien ne mentionnait-il pas le prénom de sa fille et de son épouse avec vous ? »

Il attend qu’elle cille, montre un quelconque signe devant ses dires. Savait-elle que Rews avait une fille ? Mais là encore, ce n’est que mensonge. Rews avait un garçon de treize ans du nom de Dan. Si elle était au courant de cette information, nul doute qu’elle corrigerait Mycroft. Ce dernier en est presque sûr, cela est inscrit dans le comportement de sa voisine, cette rigueur militaire sur les faits.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   Jeu 17 Avr - 7:35

Aedis sourit et hocha la tête doucement ; ce n'était pas si grave, ils avaient à peine attendu. Se tournant vers Mycroft, elle attendit quelques rapides secondes, avant de se rendre compte qu'il était suffisamment galant pour attendre qu'elle fasse son choix d'abord. Elle sourit, réfléchit quelques secondes, puis répondit, le reste du rose de ses joues s'estompant :

    - Une tasse de lait, s'il vous plait.

Ils commandèrent donc, et reprirent leur conversation. L'éloignement de la famille ? Elle n'était pas mariée, n'avait pas d'enfants ; son père était mort et sa mère végétait dans les Highlands. Cette dernière avait été la seule personne qui avait pu lui procurer de la mélancolie ; aujourd'hui, ironiquement, c'était plutôt l'inverse.

    - Et plus encore sur ceux qui ont fondé la leur...

Venaient d'autres questions ; elle aurait dû s'y attendre, le genre d'informations qui paraissaient superficielles pour le commun des mortels pouvaient se rendre intéressantes pour ceux qui savaient ce qu'ils cherchaient. Si elle aurait pu rechigner à répondre à certaines des questions, les circonstances l'empêchaient de cacher quoi que ce soit. Elle fronça donc les sourcils, un peu surprise, et répondit :

    - Sa fille ? Il me semblait qu'il avait un garçon... Bah, je dois confondre... Elle se mordilla la lèvre, puis reprit : Rews était plutôt secret, et il ne parlait pas de ces choses là avec moi. Il répondait aux questions posées par ses amis, mais n'en disait pas plus. On a peut-être pu apercevoir une ou deux photos rapidement...

Baissant les yeux, tentant de se remémorer tout ce qui pouvait être utile, elle soupira :

    - Vous pensez que tout cela pourrait avoir un rapport avec ce qui lui est arrivé ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


I'm on this case
I know you

MessageSujet: Re: Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)
» Aedis Darrek
» PAS DE WYCLEF? QUEL DOMMAGE!
» Aedis Héroïne Darrek
» Dommage c'est bête.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Corbeille :: Archives de RPs-